Stéphane Richard veut construire un internet civilisé

Expression bien connue des politiques et particulièrement du gouvernement lorsque la thématique de la neutralité du net est avancée, voici que l’opérateur historique s’y met.
 
Dans un édito interne au groupe dont s’est procuré PCINpact, Stéphane Richard ajoute sa pierre à l’édifice à la civilisation du net, en version Orange. Il y qualifie un grand nombre de problématiques tel la neutralité du net mais aussi le droit à l’oubli et l’accès aux télécoms.

Dans son édito, Stephane Richard s’arrête sur trois valeurs à respecter comme « l’ouverture, l’interopérabilité et la sécurité » : « Nous devons construire un monde numérique durable, fiable et équitable et non un monde où quelques habiles individus s’approprient la Place du Village ».
 
Le patron d’Orange souhaite aussi ne pas rendre le consommateur prisonnier d’un univers et n’entend pas créer « une fausse ouverture où certains créent des remparts et rendent le consommateur l’heureux prisonnier de leur univers ou bien le transforment à son insu en monnaie d’échange publicitaire. L’interopérabilité demande du temps, de la négociation, de l’acceptation et du renoncement. La sécurité est indissociable de toute vie en société ».
 
Au final, l’internet civilisé se jouera, d’après Stephane Richard, sur 15 ans : « au moment où une part très importante de la vie de nos clients se retrouve sur Internet, nous leur devons cette exigence de protection de leurs données personnelles. Construire un Internet civilisé demande un regard à quinze ans et non des profits au trimestre. Construire un Internet civilisé demande volonté et code de conduite ».

 

Source : PCINpact