“Free Mobile devra proposer des offres innovantes notamment du côté de la data”.

“Free Mobile devra proposer des offres innovantes notamment du côté de la data”.

Le journal du Net a interviewé Didier Pouillot (Idate) au sujet de l’arrivée de Free Mobile.

 
A une semaine du DigiWorld Summit qui se tient du 17 au 18 novembre à Montpellier, le directeur de la practice « Economie des Télécoms », Didier Pouillot estime que « les opérateurs mobile n’attendront pas l’arrivée de Free sur le marché pour innover ».

 
Pour l’analyste, l’arrivée de Free Mobile en 2012 se fera sur un marché mature. Free devra proposer des offres innovantes notamment du côté des offres data. Cela dit, les trois opérateurs déjà en place vont dès maintenant se prémunir contre l’arrivée du quatrième opérateur mobile en développement de meilleurs offres data :

« Dès 2011, on devrait voir des nouveautés, là encore plutôt du côté de la data. En effet, c’est là que les opérateurs ont à la fois une réserve pour maintenir leur ARPU (revenu annuel moyen par client, ndlr) et des moyens importants d’innovation. Je pense en particulier aux forfaits d’abondance, à la façon de ce que l’on a vu se développer sur le marché britannique » a estimé Didier Pouillot.

 
Cependant, les opérateurs devront trouver le bon équilibre entre un accès plus onéreux et des ressources rares (les fréquences) afin d’éviter la congestion des réseaux.

 
Pour lui, les opérateurs devraient surement se différencier en proposant des offres applicatives, des packages globaux à l’image des forfaits de M6 Mobile qui associe au service des contenus. Les offres d’abondance devraient également être développées afin d’éviter la congestion des réseaux.

 

Bouygues Télécoms proposera t-il un accord de roaming à Free Mobile ?
Dans ces cas de figure, Free Mobile doit disposer d’une licence 3G, il devra passer des accords de roaming pour s’assurer d’une bonne bande passante lui permettant ainsi de proposer « des offres data en qualité correcte sur tout le territoire ».

 
 « La question qui se pose aux trois autres opérateurs est la suivante. En fonction du réseau dont ils disposent et de la façon dont ils structureront leurs offres d’abondance, préféreront-ils garder pour leurs abonnés 100% de leur réseau ou en mettre une partie à la disposition d’un opérateur tiers ?

Bouygues Telecom, dont la capacité est limitée mais le spectre égal à ceux des deux autres opérateurs mobiles, aura peut-être une attitude plus ouverte qu’Orange et SFR, qui comptent davantage de clients. Ensuite, le prix de vente à un opérateur tiers dépendra à la fois d’obligations réglementaires et de négociations commerciales. » a expliqué Didier Pouillot.

 
Source : Le Journal du Net