France Télévision : mise en place d’une charte encadrant le parrainage publicitaire

France Télévision : mise en place d’une charte encadrant le parrainage publicitaire

Alors que le Parlement auditionne aujourd’hui le ministre de la culture sur la mission « média », France Télévision a "décidé la mise en place d’une charte visant à encadrer le parrainage sur les antennes du groupe, en particulier en début de soirée", pour éviter l’effet de "tunnel" a annoncé aujourd’hui le groupe audiovisuel public.

 
La mesure entrera en vigueur le premier janvier prochain afin de lutter contre le sentiment de tunnel" qui prévaut après 20 heures avec la "diffusion successive de plusieurs éléments (de parrainage) de courte durée".

 
"Bien que la présence du parrainage en soirée ne se soit objectivement accrue ni en volume ni en chiffres d’affaires depuis 2009, France Télévisions a souhaité répondre à l’impression d’une présence excessive du parrainage en début de soirée, afin de limiter le risque d’une perception brouillée de la suppression de la publicité en soirée".

 
France 2 s’engage notamment à ce qu’il n’y ait pas plus de cinq minutes (en moyenne mensuelle) entre le journal et la première partie de soirée et à ne pas diffuser plus d’une bande annonce parrainée par quart d’heure, entre 20 heures et le début de la première partie de soirée pour chacune de ses chaînes.

 
Le groupe public s’engage également "à ce que les programmes courts diffusés valorisent des thématiques d’intérêt général, tels que l’accès à la culture, le développement durable, la diversité de la société, la solidarité, l’emploi et la santé publique".

 
Financement de l’arrêt de la publicité sur les chaînes de France Télévision :

 
Depuis janvier 2009, les pages publicitaires ont disparu des écrans des chaînes du groupe France télévision de 20 heures à 6 heures du matin. La loi des finances 2009 a prévu le versement au groupe de 450 millions d’euros pour compenser le manque à gagner de la publicité et deux taxes, l’une de 1.5 à 3% prélevée sur les recettes des chaînes privées et l’autre de 0.9 % sur le chiffres d’affaires des opérateurs télécoms.

 
Or, l’arrêt total de la publicité ayant été retardé, les chaînes privées ont demandé la baisse de cette taxe. Frédéric Mitterrand s’est dit favorable à la taxe sur les chaînes privées réduite à 0,5 % qui vise à financer l’arrêt de la publicité sur France Télévision.

 
Interviewé par Le Figaro, le ministre a expliqué que « l’idée selon laquelle la suppression de la publicité sur France Télévisions serait un bonus pour les autres, s’avère trop simpliste. En réalité, c’est le marché dans son ensemble qui connaît une inflexion. Le Parlement semble donc s’orienter vers une taxe à 0,5 %. C’est une perspective que j’accueille avec satisfaction. Je ne suis pas le ministre de France Télévisions mais je suis le ministre de toute la télévision : il est essentiel que les chaînes privées se sentent en lien étroit avec notre travail ».