Pour l’UPFI, le plan « musique est un échec », il faut faire payer les FAI

L’HADOPI qui devait sauver le secteur de la création musicale n’est pas encore en place que les représentants du monde de la musique parlent déjà d’échec. Ceux la même qui ont défendu ce projet de loi avec vigueur.
 
C’est ainsi que l’UPFI, qui regroupe les producteurs phonographiques français indépendants indique dans un communiqué « Le plan « Musique » du Gouvernement est un échec. Son manque d’ambition initiale ainsi que la mise en place partielle par le Gouvernement des préconisations issues du rapport « Création et Internet » en sont les principales raisons. Les conséquences seront dramatiques en particulier pour la musique française, et notamment celle des nouveaux talents, souvent produite par des labels indépendants. »
 
Pour pallier cet échec, l’UPFI préconise donc qu’un financement identique à celui du cinéma soit mis en place : « En ce qui concerne la musique, les chantiers prioritaires sont la mise en place d’une contribution des FAI au financement de la production française sur le modèle du cinéma, via la création d’un compte de soutien à la production musicale »
 
La demande de l’UPFI intervient alors que les FAI s’apprêtent déjà à répercuter les différentes taxes que leur impose le gouvernement. Et ils ont prévenus : toutes nouvelles ponctions seraient répercutées sur le prix de l’abonnement.