Hadopi aurait des effets inverses à ceux attendus selon une étude

Hadopi aurait des effets inverses à ceux attendus selon une étude
Alors que le cinéma ne s’est jamais porté aussi bien et que la vente de musique retrouve des couleurs, les professionnels se félicitaient des premiers effets de l’Hadopi. Raté ! Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Renne-1, le piratage n’aurait pas baissé au cours des 4 derniers mois de 2009 (soit plusieurs mois après l’adoption de la loi). Au contraire, le nombre de pirates aurait augmenté de 3% sur la période. Preuve que pour le moment, l’Hadopi n’a pas eu d’effet et que l’augmentation du piratage n’a pas fait baisser la consommation d’offres légales, bien au contraire (les ventes de musique en ligne ont augmenté de 56% en 2009).
 
Cette étude démontre également que contrairement aux arguments avancés par les professionnels du cinéma et de la musique, les pirates sont aussi très consommateurs de téléchargement légal. 50% d’entre eux achèteraient ainsi des œuvres sur les plates formes légales. Parmi ceux-ci, 27% des pirates téléchargeant sur les réseaux peer to peer (ceux directement concernés par a loi) seraient des consommateurs d’offres légales.
 
L’étude estime ainsi que couper l’accès Internet de ces pirates contribuerait à faire baisser de prés d’un tiers les utilisateurs des offres légales. Des effets qui seraient donc inverses à ceux recherchés.
 
Source : Libération (version papier)