TLM, 20 ans et abandonnée

TLM, 20 ans et abandonnée

 

Le journal du même nom est depuis toujours actionnaire à 60% de TLM, mais depuis sa création, la chaîne est en déficit. Le groupe a donc décidé de s’en séparer.

Les lyonnais pourront remarquer que la chaîne a énormément évolué depuis 1989, elle bénéficie d’un capital sympathie dans toute l’agglomération lyonnaise et voit son audience croitre continuellement, tout comme ses revenus. C’est donc dans l’incompréhension générale que le quotidien lyonnais décide de vendre sa chaîne.

 

NRJ et le groupe Bolloré sont déjà annoncés comme les deux probables repreneurs, Jean-Michel Aulas(président de l’Olympique Lyonnais et PDG de CEGID, ndlr) ayant renoncé. Cependant, les salariés de TLM craignent pour leur emploi. Et les lyonnais d’une manière générale ne peuvent que douter de ce rachat : effectivement, Le Progrès est un quotidien régional que tout le monde connait et qui a l’expérience de la région , mais NRJ et Bolloré sont des groupes parisiens qui n’ont rien à voir avec l’esprit de TLM.

Bien que NRJ possède déjà 7LMontpellier, NRJ Paris et des parts dans Wéo(chaîne lilloise), cela reste un grand groupe parisien qui n’agit que par achat de chaînes locales pour l’argent, et non la passion de la région. D’ailleurs, le groupe a déjà annoncé vouloir apporter des programmes nationaux comme des films, séries et émissions musicales pour attirer les jeunes. Mais lorsque l’on voit le niveau culturel apporté par NRJ(notamment par NRJ 12 sur la TNT), il est normal de s’interroger(voire s’inquiéter) sur l’aspect culturel de l’idée.

 

Ainsi, nombreuses sont les chaînes parisiennes, donc c’est rafraichissant de voir une chaîne locale vivante, qui a fait ses preuves(comme Vie de quartier pour la découverte de la région, ou Tous azimuts pour le divertissement). Et on voit mal comment une direction parisienne pourrait concevoir des programmes lyonnais.