Free continue de recruter à tour de bras sur la fibre et passe le cap des 3 millions d’abonnés

Free continue de recruter à tour de bras sur la fibre et passe le cap des 3 millions d’abonnés

La fibre c’est son dada. Free annonce avoir séduit plus d’1 million d’abonnés sur le segment en 2020 dont 285 000 au quatrième trimestre.

Free peut dire merci à la fibre mais aussi à sa Freebox Pop et son offre Delta Pop. Face à la crise sanitaire, l’opérateur de Xavier Niel a tenu bon. Malgré un quatrième trimestre très décevant en matière de recrutement sur le mobile, la filiale d’Iliad continuer son ascension sur le fixe. Sa base d’abonnés fixe totale enregistre “un gain de 262 000 abonnés sur l’année dont 51 000 sur le 4ème trimestre soit la meilleure performance annuelle depuis 2015”, annonce ce matin le FAI lors de la présentation de ses résultats annuels.

Comme à l’accoutumée, cette performance est liée à une très bonne dynamique sur la fibre avec 1,043 million de nouveaux abonnés sur le segment dont 285 000 au 4ème trimestre. Au total, Free a recruté l’année dernière 266 000 clients FTTH de plus qu’en 2019. L’appétit grandissant des Français pour la fibre et l’accélération des déploiements devrait permettre à l’opérateur de continuer sur sa lancée. Devant lui, Orange commence à prendre ses distances avec 388 000 nouveaux abonnés au quatrième trimestre. Derrière lui, Bouygues Telecom monte en puissance avec 226 000 nouveaux clients sur la période.

Autre point de satisfaction, Free a réussi à réaliser son objectif 2020 revu à la hausse en septembre dernier, à savoir passer la barre des 2,80 millions d’abonnés fibre à fin décembre. Aujourd’hui, le FAI compte plus de 3 millions d’abonnés, annonce Thomas Reynaud ce matin lors d’une conférence de presse. Dans le même temps, le taux d’adoption progresse de 14,5 points sur 12 mois à 41,7%.

Côté finance, le chiffre d’affaires services Fixe s’établit à 2 695 millions d’euros en 2020, en hausse de 2,1% avec une amélioration de la tendance au 4ème trimestre et une croissance de 2,9%. Le revenu moyen par abonné sur le segment est en baisse de 30 centimes par rapport au 4ème trimestre 2019. “Hors impact des livres numériques, l’ARPU est en hausse de 1,6% sur 12 mois reflétant l’amélioration du mix client et la migration des abonnés au prix hors promotion”, précise toutefois l’opérateur.