Des députés réclament à nouveau un moratoire sur le déploiement de la 5G

Des députés réclament à nouveau un moratoire sur le déploiement de la 5G

Alors que la 5G sera activée prochainement à Paris et que le déploiement bat son plein, les députés de la France Insoumise réclament “un moratoire sur le déploiement du réseau 5G”.

Le débat politique continue autour de la nouvelle génération de téléphonie mobile. Les députés de la France Insoumise demandent ainsi un moratoire, dans le cadre du projet de loi portant sur la lutte contre le dérèglement climatique en France, pour bloquer le déploiement de la 5G. 

Ce moratoire, s’il est appliqué, fera en sorte que le déploiement de ces nouveaux réseaux “ne pourra être relancé qu’à la condition d’un avis favorable de la population française, résultant d’une consultation nationale menée à travers tout le territoire français pendant au moins un an” exposent-ils. 

Les élus prônent ainsi un débat trop faible concernant ceux à qui profite la 5G. ” Les conflits d’intérêts sur les perspectives économiques colossales de la 5G pour les opérateurs ne sont pas dissimulés.”, assènent-ils. Pour les membres de LFI, “pour chacun des usages de la 5G évoqués, d’autres technologies existent déjà et suffisent”, en citant notamment la 4G, le WiFi et la fibre optique. 

Ils rejettent également l’argument mis en avant par le gouvernement, mais aussi par les opérateurs, du désencombrement des réseaux 4G nécessitant le déploiement la cinquième génération de téléphonie mobile. “Une telle généralité n’a aucun sens et dépend des territoires” affirme la France Insoumise s’interrogeant sur l’utilité de la 5G qui aurait, selon eux, “des effets indésirables nombreux“. Une étude à ce sujet portée par l’Anses devrait être publiée prochainement, à la demande du gouvernement. 

Toujours sur l’utilité de la 5G en France, le parti de Jean-Luc Mélenchon affirme que d’autres priorités existent et notamment l’accès limité à internet pour certains français. «  Rappelons que 13 millions de Français sont touchés par l’illectronisme, c’est-à-dire la difficulté voire l’incapacité à se servir des outils numériques. Il est d’abord nécessaire qu’ils puissent avoir accès aux services, notamment publics, dont ils ont besoin. De très nombreux Français n’ont pas un accès internet de bonne qualité voire pas accès à internet du tout. Il s’agit là aussi d’un objectif prioritaire sur le déploiement de la 5G  » affirment-ils. 

Autre point noir de la 5G selon les députés, le possible “renforcement de la collecte des données personnelles. Les objets connectés constituent autant d’espions dans notre vie pour de la publicité ciblée et de la propagande, ce que nous refusons.

Quant à l’aspect écologique, la France Insoumise met en avant l’absence d’étude d’impact environnemental sur le déploiement de la 5G en France et veut alerter sur les potentielles conséquences d’une couverture déployée trop rapidement. “Si nous continuons sur cette voie, le poids du numérique dans les émissions de GES de la France pourrait croître de +60% d’ici 2040. Et atteindre près de 7% des émissions de GES de la France, soit émettre plus que le niveau actuel du transport aérien (4,7 %). Nous avons impérativement besoin de nous tourner vers plus de sobriété numérique.