Les offres à vie de Red by SFR : une interprétation, vraiment ?

Les offres à vie de Red by SFR : une interprétation, vraiment ?

Les abonnés sont furax, mais Red by SFR n’en démord pas. Le caractère “à vie” associé à d’anciens forfaits mobiles à prix cassé est une interprétation. Pourtant, ce n’est pas ce que montrent d’anciens tweets archivés.

Souscrire à un forfait mobile à prix cassé et s’assurer auprès de l’opérateur le proposant que le tarif affiché est à vie pour finalement se faire imposer une évolution. Voici le scénario vécu par de nombreux abonnés Red by SFR, qui ont un peu l’impression d’avoir été roulés dans la farine.

Face à la grogne, suite à une nouvelle augmentation impossible à refuser, la marque low-cost de l’opérateur au carré rouge se défend à coup de messages copiés/collés que le caractère à vie découle d’une interprétation. Vraiment ?

Pourtant, un document au format PDF, disponible à cette adresse et présenté sous la forme d’un livre, regroupe un paquet de réponses données à l’époque sur Twitter aux internautes voulant s’assurer du caractère à vie de l’offre. Pas d’ambiguïté dans les réponses fournies à l’époque. L’expression “à vie” faisait bel et bien partie des éléments de communication utilisés à l’époque par l’opérateur. Elle n’était pas rêvée par les abonnés ou sortie du chapeau par les médias.


(Cliquer pour accéder au document PDF)

Depuis, Red by SFR a changé de stratégie de communication. Il n’utilise plus la mention “sans condition de durée”, mais la formule “sans prix qui double au bout d’un an”. 60 millions de consommateurs n’est pas satisfaite pour autant, y voyant là une manière de leurrer davantage les prospects :“Là encore, la formule peut laisser penser au client que le prix est fixe. Mais attention aux mots : si SFR décide d’appliquer une hausse de 3 € dans six mois, sa promesse sera respectée : le prix ne double pas”. Par ailleurs, si Red by SFR décide de doubler ses prix dans un an et 1 jour, il pourrait prétexter que la première année est écoulée. “De l’art de jouer sur les mots… et sur les nerfs”, qui reste aujourd’hui en travers la gorge de l’association.

Mais la pratique est-elle légale ?

Selon la DGCCRF, les opérateurs ont le droit d’augmenter le prix des forfaits en respectant deux conditions. La première : prévenir un mois avant par courrier ou courriel. La seconde : l’amélioration de l’abonnement doit concerner seulement des services ayant attrait aux télécoms comme les SMS illimités, plus de data ou un meilleur débit. En revanche, ils ne peuvent en aucun cas augmenter le prix du forfait pour une autre raison comme “une option musique, option télé, abonnement à un livre”. Cette action de SFR est donc légale, même si la pratique est globalement peu appréciée, y compris par les associations de consommateurs comme UFC-Que Choisir. En cas d’augmentation pour un autre motif, l’abonné peut signaler cette hausse de forfait sur la plate-forme SignalConso mise en place par la Répression des fraudes. Sa situation sera alors examinée. Lors du lancement de la plate-forme, l’autorité a affirmé que les entreprises ayant reçu plusieurs signalements sans réagir seront dans leur viseur.