Les opérateurs autorisés à allumer la 5G dans près de 7000 communes, Free prêt à arroser toute la France avec la bande 700 MHz

Les opérateurs autorisés à allumer la 5G dans près de 7000 communes, Free prêt à arroser toute la France avec la bande 700 MHz

Dans les starting-blocks pour activer leur 5G dans l’hexagone, les opérateurs sont autorisés par l’ANFR à lancer la nouvelle génération de téléphonie mobile dans près de 7000 communes sur plusieurs fréquences avec pas de moins 11 770 sites 5G dans la bande 700 MHz, Free se montre très gourmand.

Que la bataille commence ! Orange, SFR et Bouygues vont lancer cette semaine leur 5G à destination du grand public dans un certain nombre de villes en France. De son côté, Free reste muet, l’opérateur dégainera ses offres en même temps que son réseau a-t-il fait savoir récemment.

Afin de se rendre compte de la couverture 5G potentielle des opérateurs au lancement, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a présenté samedi une synthèse des premières autorisations de sites accordées aux opérateurs de téléphonie mobile pour déployer leur réseau 5G, assortie d’une carte.

Ainsi les opérateurs peuvent désormais activer leur réseau dans 6 886 communes lesquelles bénéficient d’au moins une autorisation de site en 5G. Les 40 villes de plus de 100 000 habitants en métropole sont également concernées.

“Ces premiers sites sont situés dans de grandes métropoles mais également dans des territoires ruraux”, fait savoir l’ANFR. Ainsi au 27 novembre, 15 901 sites 5G ont été autorisés par l’Agence suite aux dossiers déposés par les opérateurs mobiles. “Ces demandes ont fait l’objet d’une consultation de l’ensemble des grands utilisateurs du spectre pour s’assurer de la compatibilité des demandes avec les fréquences déjà existantes et éviter ainsi les brouillages entre réseaux”, explique l’établissement public.

Ces premières autorisations sont réparties ainsi :

  • 11 770 sites 5G autorisés dans la bande 700 MHz et 5 000 sites dans la bande 2100 MHz. Ce sont des « bandes basses », actuellement utilisées par les opérateurs pour leurs réseaux 3G ou 4G. Etant « neutres » technologiquement, elles peuvent également accueillir la 5G.
  • 1 092 sites 5G autorisés dans la bande 3,5 GHz.

A noter que, ces sites autorisés ne sont pas nécessairement mis en service par les opérateurs mobiles, ces derniers décident de leur date d’activation et en réfèrent le cas échéant à l’ANFR. S’il le souhaite, Free pourrait donc activer la 5G sur la bande 700 MHz partout sur le territoire et ainsi bénéficier d’une couverture bien supérieure à ses concurrents, avec des débits certes inférieurs à ceux atteignables sur les autres bandes utilisées. L’opérateur de Xavier Niel est le seul à avoir misé sur cette bande en or sur tout le territoire.

Orange et Bouygues Telecom ont d’ores et déjà annoncé avoir opté quant à eux pour la bande 2100 MHz. Tous les opérateurs utiliseront bien entendu la bande 3,5 GHz, laquelle permet la “vraie 5G”, c’est-à-dire des débits 3 à 4 fois supérieurs dans un premier temps à la 4G. Pour une vitesse 10 fois plus élevée et une latence ultra-réduite, il faudra attendre 2023 et un coeur de réseau 5G.