Tensions autour d’une antenne Free : un politique s’en mêle pour désamorcer la situation

Tensions autour d’une antenne Free : un politique s’en mêle pour désamorcer la situation

Un politique intervient pour éviter l’enlisement d’un conflit entre Free et des riverains refusant l’implantation d’une antenne-relais. Pourtant dans son bon droit, l’opérateur de Xavier Niel serait prêt à venir discuter d’alternatives.

La tension a bien du mal à redescendre à Montjuvin, dans le département de Haute-Loire, avec l’installation d’une antenne-relais censée d’améliorer la couverture réseau mobile sur la base de voile de Lavalette et de son parking. Ayant obtenu le soutien de la nouvelle municipalité, les riverains disent vouloir “défendre leur cadre de vie”, déplorant une installation trop proche des habitations, un impact sur la valeur de l’immobilier à proximité et un pylône de 40 mètres peu esthétique en guise d’accueil pour les visiteurs. La tension monte d’un cran alors que Free serait en droit de démarrer les travaux dès le 9 septembre.

Une intervention pour faire bouger les lignes

Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a décidé d’intervenir pour tenter de désamorcer la situation. “Il faut gagner du temps et trouver comment repousser la date limite de l’installation de cette antenne afin que Free ait moins de pression et soit plus détendu pour discuter”, indiquait-il ce dimanche 6 septembre, lors d’un rassemblement de riverains. Confirmant que “la situation juridique est tordue”, il a affiché son intention de mettre son “poids en entier dans la balance”. Et de lâcher : “Free a besoin de nous, Région, et je leur ai dit que s’ils cherchaient à passer en force sur ce dossier, ils me trouveraient sur leur chemin. Le message a été, je crois, bien reçu”. Il a toutefois replacé les choses dans leur contexte, à savoir les obligations liées aux New Deal Mobile : “il faut reconnaitre que Free a une pression financière et qu’il est engagé sur des délais pour développer son réseau 4G sous peine d’astreintes financières importantes”. D’où la possibilité d’aides, “en cas de surcoût”, liés à des solutions alternatives.

En parallèle, les opposants ont poursuivi leur action. Le cabinet d’avocats sollicité par les opposants évoque d’ailleurs des “éléments tangibles” à exploiter dans le cadre de cette affaire. Spécialisé dans les questions d’antennes, il conseille d’ailleurs depuis des années l’association Robin des Toits. Aux sujets des opposants, Laurent Wauquiez a promis des aides financières. “Je n’admets pas que vous engagiez de l’argent de votre poche alors que votre combat est un combat plus large pour préserver ce site qui, s’il n’est pas totalement naturel, est un des joyaux de notre département et qu’à ce titre il mérite d’être préservé. Je m’engage à ce que cela ne vous coûte rien personnellement”, a-t-il en effet indiqué.

Une rencontre prévue en septembre

Si Free n’hésite pas à aller devant les tribunaux quand il en a marre et pourrait dans le cas présent démarrer les travaux du fait l’expiration du délais d’opposition, l’opérateur aurait ici accepté une rencontre courant septembre afin de discuter d’alternatives. Rappelons d’ailleurs que l’installation avait été un temps envisagée au village Chenereilles, avant d’être proposée au village de Montjuvin. Un choix permettant au passage d’améliorer la couverture du village de Verne, où la couverture de l’opérateur de Xavier Niel est jugée faible.

Source : Zoomdici