Huawei serait exclu des réseaux 4G et 5G des opérateurs français d’ici 2028

Huawei serait exclu des réseaux 4G et 5G des opérateurs français d’ici 2028

Malgré les premières autorisations délivrées récemment à certains opérateurs pour utiliser les équipements de Huawei dans le cadre du lancement de la 5G, la firme chinoise devrait disparaître des réseaux mobiles français en 2028.

Retournement de situation. Le gouvernement a toujours adopté une position assez ambigüe au sujet de l’équipementier Chinois : sans le bannir complètement, il avait restreint l’accès à Huawei via des autorisations temporaires dans le cadre du déploiement de la 5G. Cependant, d’après des sources de Reuters proche du projet, ces dernières ne sont pas renouvelables, ce qui équivaut à un bannissement de la firme en France, mais en différé.

L’utilisation d’équipements Huawei est ainsi autorisée ou non durant une période pré-définie de 3 ou 5 ans dans la majorité des cas mais peut aller jusqu’à 8 ans. Le hic est que les opérateurs ne pourront pas accéder à des prorogations des autorisations accordées pour l’achat d’équipements de la firme de Shenzhen. Si cette décision n’a pas été rendue publique, les sources de Reuters affirment qu’elle a été clairement exprimée comme étant la position du gouvernement français et que les opérateurs en ont été informés.

D’après l’une d’entre elles, une autorisation de trois ans équivaut à un refus, “c’est une blague” même, puisqu’aucun opérateur ne se risquerait à investir dans un équipement très long à être amorti (au moins huit ans). Et même si un opérateur est autorisé à passer à Huawei pendant 8 ans, il devra tout de même démanteler les équipements installés en 2028.

Coup dur pour Bouygues Telecom et SFR

Les premières autorisations ont été attribuées par l’Anssi il y a moins d’une semaine, notamment pour Bouygues Telecom qui est a été autorisé à utiliser des équipements Huawei. Avec SFR, il s’agit de l’opérateur utilisant le plus Huawei et comptant énormément sur l’utilisation de ses équipements dans le cadre du déploiement de la 5G. En effet, les opérateurs d’Altice et de Martin Bouygues utilisent déjà les équipements de la firme sur leurs réseaux 4G, devoir changer d’équipementier reviendrait à remplacer une grosse partie de leur infrastructure, avec des coûts très importants.

C’est d’ailleurs pour cette raison que SFR et Bouygues s’étaient déclarés prêts à réclamer une compensation financière en cas d’exclusion de Huawei de la 5G. Pour l’instant, les opérateurs n’ont pas souhaité faire de commentaires à ce sujet.

De leur côté, Iliad/Free et Orange auront recours principalement à Nokia et Ericsson pour leurs réseaux et ne devraient ainsi pas être trop impactés par la décision du gouvernement dans le cadre du déploiement de la 5G.