Orange, Free, Bouygues et SFR ont basculé plus de 19 000 sites en 4G depuis le début du New Deal

Orange, Free, Bouygues et SFR ont basculé plus de 19 000 sites en 4G depuis le début du New Deal

Depuis la signature du New Deal en 2018, les opérateurs ont converti ou construit 19 700 sites en 4G, dépassant largement leur objectif initial.

La Fédération Française des Télécoms félicite Free, Orange, SFR et Bouygues pour leur avancée dans le cadre du New Deal Mobile. Certains objectifs ont été largement atteints et le rythme semble bon. Il existe désormais plus de 75 000 sites mobiles en 4G en France, sur les 84 500 sites mobiles présents, dont 19 700 migrés ou construits depuis la signature de l’accord visant à la généralisation de la 4G en France. L’objectif était d’atteindre 75% du parc de sites en 4G d’ici fin 2020, les opérateurs ont franchi cette étape haut la main fin juin, avec 89% des sites convertis en 4G pour un objectif de 100% à fin 2022.

Orange, Free, Bouygues et SFR tiendront leurs objectifs en zone rurale fin septembre 2020

La FFT annonce qu’au 27 juin, dans le cadre du dispositif de couverture ciblée visant à déployer 449 nouveaux pylônes à cette date, 340 sites ont été déployés, soit 75% de l’objectif. Il sera atteint fin septembre, les trois mois de retard étant imputés à la crise sanitaire, qui a entraîné un fort ralentissement dans le déploiement des sites mobiles. En effet, fin mai seulement 161 sites étaient déployés, les opérateurs ont repris une bonne allure, encouragée par le risque d’amendes de la part de l’Arcep s’ils ne tiennent pas ces nouveaux délais.

A la fin de l’année ce sont 600 nouveaux pylônes qui devraient être activés dans les zones rurales. Julien DeNormandie, alors ministre de la Ville et du Logement, affirmait que ces objectifs seront tenus afin d’assurer une bonne couverture dans les zones rurales. Pour sa part, Bouygues Telecom a communiqué sur ses objectifs. Au 27 juin, l’opérateur avait déployé 98 sites sur 101 prévus (96% de l’objectif) puis annonce 102 sites délivrés au 1er juillet , soit plus de 100%. De son côté, Free avait à mettre en service 1,5 fois plus de sites que ses rivaux, mais son avancée n’a pas été communiquée.