5G : pas de report des enchères, le Gouvernement garde le cap malgré les diverses remises en cause du calendrier

5G : pas de report des enchères, le Gouvernement garde le cap malgré les diverses remises en cause du calendrier

La demande de deux ministres et les diverses actions d’associations n’y auront rien changé, les enchères pour la 5G auront bien lieu en septembre prochain a tranché Matignon.

2020 sera bien l’année de la 5G en France. Face aux multiples revendications de toutes part demandant un report du lancement de la 5G, le Gouvernement a pris une position ferme et entend bien rattraper un retard au niveau international, sans pour autant rester sourd au débat que soulève cette nouvelle technologie.

Après l’Arcep, c’est au tour du Matignon d’affirmer que le calendrier ne sera pas repoussé. Les enchères auront ainsi lieu en septembre, comme annoncé par le gendarme des télécoms quelques semaines auparavant. «  Il n’est pas retenu d’attendre le rendu de l’Anses pour lancer les déploiements », explique le ministère de l’Économie et des Finances aux Echos, rejetant de fait le moratoire demandé notamment par les ministres de la Santé et de l’Écologie.

« On parle d’une bande de fréquence utilisée depuis environ vingt ans dans la boucle locale radio. Les études, pour l’instant, ne montrent pas de risque particulier. Et la France sera le dernier des grands pays développé à déployer la 5G. Certains nous ont précédés de 15 mois, sans désagrément pour les populations » affirme le Ministère, dont la secrétaire D’État avait déjà martelé l’importance de la technologie pour la compétitivité de la France.

Cependant, une action commune au ministère de la Santé, de l’Économie et de l’Écologie sera mise en place pour évaluer l’impact de la 5G au regard des développements qui ont déjà eu lieu dans d’autres pays, pour en présenter les résultats en septembre. Alors que de plus en plus d’industriels défendent la technologie d’un point de vue économique, notamment le patron d’Orange qui prévoit de gros problèmes sur les réseaux 4G si elle n’est pas lancée rapidement, son impact sur l’environnement est encore peu défini. Bercy assure cependant qu’elle sera moins énergivore et que la hausse des usages pourra être compensée : «  on se sent suffisamment solides pour dire que la consommation énergétique mobile reviendra en 2025 à son niveau de 2020  » .

Pour les anti-5G, c’est bien évidemment une déception. . «  Les ONG dénoncent une nouvelle forme de surdité démocratique consistant à écouter sans entendre » ont indiqué plusieurs associations dans un communiqué. Si le calendrier est maintenu, ces dernières persistent et appellent à nouveau le Premier Ministre à “adopter un moratoire sur la 5G“. Le débat est loin d’être clos.