L’incompatibilité entre l’usage du mobile et la conduite expliquée

L’incompatibilité entre l’usage du mobile et la conduite expliquée

L’usage du mobile et la conduite ne sont pas compatibles. Des spécialistes expliquent d’ailleurs les raisons.

Nous utilisons le mobile en parallèle de bien d’autres activités comme les discussions, la marche dans la rue, le passage à la selle, le visionnage d’une émission ou série, la préparation du repas ou même le fait de s’alimenter. Mais pas question pour autant de passer un coup de fil, de répondre à un SMS ou de surfer pendant la conduite, comme l’a rappelé le récent durcissement de la loi visant les automobilistes adeptes de la pratique. Depuis le 22 mai, en cas de cumul avec une autre infraction, le permis de conduire est retenu sur le champ et peut être suspendu pendant 6 mois voire 1 an.

Interrogés par nos confrères du Journal du Geek, des spécialistes apportent une explication concernant l’incompatibilité du mobile et de la conduite. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, nous ne sommes pas devenues des experts du multitâche. En réalité, nous basculons entre les tâches, avec plus ou moins de délais selon la complexité de la tâche et la forme du moment. Or, les mobiles accaparent une bonne partie des ressources cognitives avec le traitement des informations auditives lors d’un appel ou des données visuelles lors d’un message. Combiner l’usage du mobile avec la conduite ne serait donc pas une bonne idée.

Malgré le sentiment d’aisance au volant grâce à des gestes devenus des automatismes (passage d’une vitesse, déclenchement du clignotant, etc.), les automobilistes se croyant multitâches auraient en fait une capacité d’observation plus restreinte (estimation de la vitesse, distances de sécurité, présence d’un passage pour piétons, etc.) et une anticipation réduite, par rapport à ceux restant totalement concentrés sur la route. Cela se traduirait par une moins bonne perception des objets et une moins grande réactivité en cas d’imprévus. De plus, une activité en parallèle continue de générer de la distraction pendant “pendant au moins 27 secondes”, même une fois terminée.

Au-delà de proscrire l’usage du mobile au volant, les spécialistes rappellent qu’il ne faut pas négliger les pauses, car elles permettent de se reposer, mais aussi de soulager les zones du cerveau sollicitées en continu, d’en utiliser d’autres et de redynamiser son attention.

Source : Journal du Geek