StopCovid : l’application pour enrayer l’épidémie de coronavirus serait “enfantine”, mais “pas magique”

StopCovid : l’application pour enrayer l’épidémie de coronavirus serait “enfantine”, mais “pas magique”

Face aux problèmes techniques rencontrés, rien n’est certain concernant l’application StopCovid voulue par le gouvernement pour enrayer l’épidémie de coronavirus. Quoi qu’il en soit, le secrétaire d’État chargé du numérique insiste sur le fait que ce ne serait “pas magique”.

Son nom revient régulièrement dans les articles de presse en ce moment avec pas mal d’interrogations autour de son fonctionnement exact et de son impact en termes de vie privée. StopCovid est un projet d’application mobile qui doit permettre d’enrayer l’épidémie de coronavirus en utilisant le Bluetooth pour dresser un historique des rencontres à risques et alerter les personnes potentiellement contaminées.

Toutefois, rien n’est sûr quand à l’aboutissement du projet, a indiqué Cédric O, lors d’une audition par plus de cinquante députés dans le cadre d’une visioconférence organisée par la présidente de la Commission des lois Yaël Braun-Pivet. Le secrétaire d’État chargé du numérique évoque des “incertitudes très fortes sur le fait que ça soit efficace” et qu’il n’est “pas impossible que tout cela se dégonfle assez vite dans les semaines qui viennent “, en raison de difficultés d’ordre technique.

Il y a notamment le fait que le Bluetooth n’a pas été prévu pour le calcul de distance. Or, le bon calibrage pour déterminer la proximité en termes de distance et de temps est un élément-clé dans le fonctionnement de l’application. Mais il y a aussi le fait qu’il ne sera pas possible de prendre en compte la rencontre de face ou de dos, ce qui risque d’entraîner de faux positifs. Sans compter que le Bluetooth ne peut pas savoir si vous avez touché une surface contaminée.

Et comme l’ont soulevé certains détracteurs, il y a l’inégalité face au numérique qui écartera une frange de la population du dispositif, alors que l’efficacité requiert une installation massive et que le gouvernement ne compte pas imposer l’installation (le gouvernement pourrait d’ailleurs faire entrer les opérateurs dans la boucle pour inciter leurs abonnés à participer). Certains ne sont pas très à l’aise avec leur smartphone et d’autres n’ont peut-être pas de smartphone. Concernant l’utilisation, Cédric O parle d’une application qui serait “très simple, enfantine”. À propos de ceux n’ayant pas de smartphone, le secrétaire d’État chargé du numérique indique : “nous réfléchissons à quelque-chose hors du téléphone portable, une petite clé que nous pourrions produire massivement, mais ce sujet est encore plus compliqué, encore plus incertain”.

Malgré les difficultés, Cédric O juge qu’il serait “irresponsable de ne pas y travailler”. Quoi qu’il en soit, le secrétaire d’État chargé du numérique souligne que le dispositif ne sera pas “l’alpha et l’oméga de la stratégie de déconfinement”. “Ce ne sera pas magique”, souligne-t-il.

Source : AFP