Déploiement de la fibre et interventions terrain, le gouvernement annonce de premières mesures pour le maintien des activités

Déploiement de la fibre et interventions terrain, le gouvernement annonce de premières mesures pour le maintien des activités

Le gouvernement tient à rassurer et l’assure, il veillera à ce que soit faciliter la poursuite des activités des entreprises de télécommunications. De premières mesures dévoilées.

Le Plan THD est quasiment à l’arrêt, impacté par les mesures prises face à la propagation du Coronavirus. Le déploiement de la fibre subit ainsi un coup de frein et les industriels de la filière craignent qu’aucune prise ne soit installée au second trimestre, s’est alarmé hier dans les lignes des Echos le président d’Infranum, Etienne Dugas.

Dans ce contexte, le gouvernement a adressé hier un courrier à l’ex-Firip dans lequel il assure son soutien à la filière, considérée comme essentielle à la continuité de la vie de la nation. Le message et la volonté sont on ne peut plus clair : il est “indispensable” que les entreprises des télécommunications et particulièrement leurs salariés “puissent poursuive leurs activités”. Pour ce faire, l’Etat s’engage à faciliter leur travail sur les sites d’intervention dans le respect des consignes sanitaires. Plusieurs dispositions ont dores et déjà été prises dans l’urgence, annonce la lettre : « La loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 habilitera le Gouvernement à prendre ordonnance des dispositifs dérogatoires pour vous permettre de rétablir en urgence des dommages que connaîtraient les réseaux. Un décret vous permettra d’importer des dispositifs de protection nécessaire à l’équipement de vos salariés”, explique l’exécutif et d’ajouter : ” le ministre de l’intérieur a rappelé la légitimité des déplacements de vos salariés en interventions “, allusions faite aux contrôles policiers et renvois de nombreux techniciens chez eux.

 

Nombreux blocages

Car la situation est alarmante, le déploiement de la fibre en France est au ralenti voire même totalement à l’arrêt dans certaines zones. Les blocages sont multiples selon InfraNum, chômage technique chez une majorité de sous-traitants, fermeture d’entreprises de distribution de matériaux de construction, manque de masques, difficile distanciation des techniciens sur les chantiers, mais aussi interdiction de certaines collectivités de déployer sans oublier que la priorité chez les grands opérateurs est aujourd !hui la maintenance plutôt que les raccordements.