Problèmes avec la fibre optique : le directeur de Val d’Oise Numérique dénonce les brebis galeuses chez les sous-traitants

Problèmes avec la fibre optique : le directeur de Val d’Oise Numérique dénonce les brebis galeuses chez les sous-traitants

Engagés dans le déploiement de la fibre optique, il y a les bons soldats, mais également quelques sous-traitants au sein desquels peuvent se trouver quelques brebis galeuses, des personnes mal formées ou un peu pressées. Sans compter les dégradations volontaires.

La fibre optique, c’est génial quand ça fonctionne. Or, il arrive que des abonnés soient coupés pendant plusieurs mois, se retrouvant sans Internet ni téléphone. 

Interrogé à ce sujet dans le cadre d’un reportage de France 3 tourné à Gonesse, en région Île-de-France, Rachid Adda revient sur les problèmes rencontrés par les abonnés fibre optique sur le Réseau d’Initiative Publique (RIP) Debitex qui dessert les foyers des départements de Seine-Saint-Denis (93) et du Val d’Oise (95). 

Le directeur de Val d’Oise Numérique rappelle que l’on est “dans une période où l’on part de rien et on va raccorder tout le monde “. Durant 2-3 ans, il y aura ainsi énormément d’interventions sur les armoires. “Plus il y a d’interventions sur une armoire, plus la probabilité est grande pour tomber entre guillemets sur une brebis galeuse qui va débrancher un client pour en brancher un autre”, souligne-t-il. Rachid Adda note aussi qu’il y a “des gens pas toujours bien formés”.

Du côté de la mairie de Gonesse, on parle de nombreuses plaintes reçues depuis des mois et cite également le cas d’une allée, où “jamais l’intégralité des habitants n’ont eu Internet en même temps”. “À chaque fois qu’un voisin récupère la fibre, un autre perd la fibre”, déplore-t-on. La mairie rappelle que “les sous-traitants sont payés à la prestation”, devant ainsi “intervenir très rapidement”, quitte à “débrancher l’un pour rebrancher l’autre”. D’où la nécessité d’un renforcement du contrôle des sous-traitants.

Le reportage rappelle également le problème du vandalisme avec plus 1 000 foyers de Gonesse ayant par exemple subi une coupure d’Internet en décembre dernier, suite à des câbles coupés.