Free Mobile : quand des anti-ondes se refilent la patate chaude

Free Mobile : quand des anti-ondes se refilent la patate chaude

Direction Quimper en Bretagne où Free Mobile prévoit d’implanter un nouveau pylône au grand dam de certains riverains. Ironie de l’histoire, ce projet fait suite à l’abandon d’une antenne de l’opérateur voulu par les habitants d’un quartier voisin.

Face à la grogne de riverains, Free Mobile a démantelé récemment son antenne-relais située sur la colline emblématique de Quimper, de quoi ravir les réfractaires. En remplacement, l’opérateur a prévu d’implanter un nouveau pylône d’une vingtaine de mètres prêt à accueillir la 5G. Celui-ci devrait prendre place non loin du vélodrome, à la place d’un poteau d’éclairage à proximité d’une installation d’Orange. Free souhaite débuter les travaux ce mois-ci, pour une mise en service en mai 2020. Ce projet dont le dossier a été déposé en mairie, a d’ailleurs été salué par le président de l’association réunissant les riverains de la colline.

La fronde change de main 

Seulement ironie du sort, ça coince cette fois-ci pour les habitants du quartier choisi pour implanter le nouveau pylône de l’opérateur. « Nous ne leur en voulons absolument pas, ce n’est pas leur faute », tiennent à rassurer les opposants du vélodrome dans les lignes du Telegramme

Fermement opposés à cette implantation , les riverains rassemblés en un collectif comptent sur le futur maire pour agir dans leur sens et ont même envoyé un courrier à tous les candidats aux élections municipales dans la commune.

La peur de la 5G 

Au rang des craintes, l’impact des ondes sur la santé et plus particulièrement la 5G. « Les scientifiques émettent des réserves sur les ondes 5G et des comités se créent un peu partout car on connaît mal ses effets secondaires. Il faut surseoir à la demande de Free tant que les effets pernicieux de la 5G ne sont pas connus. J’ai consulté le dossier en mairie, Il est bien noté que, dans le doute, aucune antenne ne peut être installée à moins de cent mètres d’une école ou d’une crèche », a déclaré une habitante. D’autres riverains s’inquiètent d’une dévalorisation des biens immobiliers. D’autant plus que SFR et Bouygues pourraient débarquer prochainement. Un rassemblement est prévu ce week-end sur le site d’implantation.