Huawei : plus de la moitié des contrats pour ses équipements 5G ont été signés en Europe

Huawei : plus de la moitié des contrats pour ses équipements 5G ont été signés en Europe

Malgré les pressions des USA pour l’empêcher de participer à la téléphonie de cinquième génération et les conditions posées par l’Union européenne, Huawei bombe le torse. Et pour cause puisqu’il signe quand même des contrats, notamment en Europe. Des opérateurs veulent en effet pouvoir utiliser ses équipements.

Si des bâtons ont été mis dans les roues de Huawei pour l’empêcher de participer au déploiement des réseaux 5G, au motif de risques en termes de sécurité, les équipements réseau du groupe chinois suscitent quand même l’intérêt.

Huawei indique en effet avoir signé 91 contrats autour de la 5G. 47, soit plus de la moitié, l’auraient d’ailleurs été en Europe. Le groupe chinois dépasse même le Suédois Ericsson qui revendiquait récemment 81 contrats et qui fait avec le Finlandais Nokia partie des équipementiers européens mis en avant par l’Union européenne. Cette dernière revendique en effet la nécessité d’assurer une indépendance vis-à-vis de la Chine et des États-Unis grâce à des alternatives dans les domaines stratégiques.

En France aussi, on veut du Huawei

D’ailleurs, les opérateurs français veulent avoir la possibilité d’utiliser les équipements 5G de Huawei. Par la voix de son PDG Martin Bouygues, Bouygues a indiqué envisager “toutes les possibilités” pour avoir le droit de faire appel à cet équipementier. Malgré son accord avec Nokia, Free a également demandé à travailler avec Huawei pour la 5G. De son côté, Orange a signé avec Ericsson, mais veut garder la possibilité de collaborer avec Huawei.

Pour rappel, chaque opérateur doit soumettre une demande auprès de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) pour utiliser des équipements 5G. L’Anssi a d’ailleurs promis les premières autorisations ou premiers refus dès ce mois de février.