Orange lance une application gratuite permettant de se créer un second numéro temporaire

Orange lance une application gratuite permettant de se créer un second numéro temporaire

Après avoir développé une application anti-spam, Orange a lancé récemment une application permettant de se créer un deuxième numéro de téléphone gratuitement.

Switch Number est une application, développée par Orange Labs, permettant aux utilisateurs de se créer un numéro temporaire. Ce dernier est initialement créé pour durer 48heures, mais est renouvelable durant 7 jours grâce à la proposition de l’application six heures avant l’expiration du numéro.

Ainsi, plus besoin de craindre qu’on récupère votre numéro lors d’un achat en passant par des petites annonces par exemple. A noter que le service est accessible quel que soit votre opérateur, et que l’application est disponible sur Android et iOS. Switch Number permet donc de recevoir et passer des appels avec un numéro temporaire, le tout gratuitement vers les fixes et les mobiles en France. Cependant, il n’est pas possible d’utiliser ce service pour des appels à l’étranger, ni pour des numéros surtaxés. De même, le smartphone doit être connecté à Internet pour que le service fonctionne.

Concernant les SMS, pour l’instant l’application ne permet pas d’en envoyer sur le numéro créé par Switch Number. Cependant, dans la page Play Store de l’application, les développeurs ont indiqué qu’il s’agissait d’une feature “primordiale” et qu’ils voulaient l’ajouter.

L’application rappellera bien sûr B.Duo, un service plus complet proposé par Bouygues Telecom, que l’opérateur a finalement enterré en 2017. Si Switch Number n’a pas toutes les fonctionnalités du défunt service de Bouygues, il fait ici office de plateforme d’expérimentation pour Orange. En effet, pour l’instant, la passerelle de connexion n’est pas faite pour gérer beaucoup d’utilisateurs et la sélection de numéros disponibles est réduite. Mais l’opérateur historique veut jauger l’intérêt du service pour les utilisateurs, afin de le renforcer si l’engouement est là.

Source : NextInpact via iGeneration