UFC-Que Choisir accuse Back Market de pratiques commerciales trompeuses

UFC-Que Choisir accuse Back Market de pratiques commerciales trompeuses

Le géant du reconditionné s’est attiré les foudres de l’association de consommateurs pour l’affichage des prix sur son site, la gestion des cookies ou encore une garantie trop exagérée.

Si l’économie circulaire doit être encouragée, encore faut-il que celle-ci respecte les droits fondamentaux des consommateurs” assène l’UFC-Que Choisir. Une plainte a en effet été déposée devant le Tribunal judiciaire de Paris à l’encontre du site Back Market pour ses pratiques sur son site internet.

La première critique concerne l’affichage des prix des appareils reconditionnés mis en vente. Back Market fait apparaître un prix barré et un prix réduit ainsi que le pourcentage de réduction correspondant, une formule à laquelle les consommateurs sont habitués, mais il y a un hic. En effet “il ne s’agit pas de promotions puisque Back Market compare en réalité deux produits différents : un produit neuf, qui n’est pas vendu sur le site, et un produit reconditionné” explique l’association.

Elle critique également l’oubli de la part de la plateforme d’inclure dans la présentation des produits les “frais de service”, facturés pour chaque achat et n’apparaissant qu’au moment du paiement.

Le site affiche également une garantie contractuelle de 12 mois “en laissant croire à un avantage considérable offert par l’entreprise. En réalité, cette garantie est imposée par la loi mais surtout dure 24 mois, y compris pour les produits reconditionnés. ” L’association réclame des informations loyales et complètes.

Dernier point sur lequel Back Market est attaqué : il est accusé de ne pas respecter la réglementation concernant les cookies. L’équipe de juristes de l’association a en effet constaté “que des cookies de tracking étaient déposés alors même que les internautes les avait refusés“. Il s’agit de la première fois qu’une association s’y attaque en Europe, malgré quelques critiques d’autres associations de consommateurs.

Le président de l’association, Alain Bazot, clôture l’annonce en expliquant que « l’UFC-Que Choisir souhaite que la « licorne du reconditionné » continue de mettre des paillettes dans la vie des consommateurs, sans que sa communication ne soit que de la poudre aux yeux ».