Fibre optique : plus d’un demi-million de logements ne peuvent pas être raccordés

Fibre optique : plus d’un demi-million de logements ne peuvent pas être raccordés

A l’échelle du pays, le déploiement de la fibre optique se déroule plutôt bien, mais des naufragés d’internet persistent et ne sont pas seulement réduits aux habitants perdus dans des zones inhabitées.

La fibre pour tous en 2025, une utopie ? La promesse du gouvernement semble très difficile à tenir, au vu des diverses problématiques rencontrées pour raccorder certains habitants dans l’Hexagone. Tant dans les centre-villes que dans les campagne ou dans les banlieues résidentielles, certains logements représentent un véritable défi pour les opérateurs.

A trois ans de l’échéance fixée par le plan THD, la situation se complique. Si près de 30 millions de locaux sont raccordés et la France compte plus de 14.5 millions des abonnés, le réseau n’est cependant pas accessible pour tout le monde. « Mon immeuble a une double entrée, en plein centre de Paris. Du fait de cette particularité, mon adresse n’existe pas pour les opérateurs télécoms. Nous n’avons pas la fibre alors que tout le quartier en dispose ! » explique une abonnée, tandis qu’un autre raconte avoir du débourser “2 000 euros pour que la fibre parcours les derniers mètres du trottoir entre l’armoire de rue et ma maison à l’Île de Ré. Sinon je serais encore en train d’attendre“.

En effet, certains locaux, tant des logements, des commerces ou des entreprises, ne peuvent tout simplement pas être raccordés sans une reprise des travaux de déploiement et majoritairement des opérations de génie civil. Le hic étant que “500 000 à 700 000 logement sont concernés. Mais le coût global des travaux nécessaires pour les raccorder pourrait atteindre 3 à 4 milliards d’euros” explique Antoine Darodes, directeur du département investissements transition numérique à la Caisse des dépôts.

Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas des locaux situés dans des zones très isolées. Ces derniers, encore moins nombreux devront dans tous les cas passer par une autre solution pour accéder au très haut débit, comme les solutions satellites ou la 4G ou 5G fixe. Une alternative obligatoire tant leur raccordement au réseau fibre coûterait bien trop cher.

Sans oublier les problèmes de sous-dimensionnement des réseaux. Face à la densification de l’urbanisme, dans certaines villes, la fibre initialement déployée pour un certain nombre de logement ne peut plus suivre. Le réseau est là, mais les nouveaux immeubles flambants neufs ne sont pas raccordés faute de places. Même dans le cadre de logements déjà existants, la problématique d’un réseau aux capacités limitées se pose et de nombreux témoignages font état d’abonnés débranchés au profit de nouveaux clients pour les opérateurs. Une pratique régulièrement décriée et à laquelle les opérateurs entendent répondre avec une armada de solutions annoncées pour que le déploiement de la fibre optique se fasse dans de bonnes conditions.

Source : Le Figaro