La 5G de Free et Bouygues Telecom détruite par le feu, la TNT aussi

La 5G de Free et Bouygues Telecom détruite par le feu, la TNT aussi

Cap au sud de Toulouse où un pylône a pris feu ce week-end. Les antennes 5G de Free Mobile et Bouygues Telecom ont été touchées, tout comme la 4G de SFR et la TNT pour la TV. En parallèle, trois nouveaux sites sont en projet à proximité. Les opposants sont toujours fidèles au poste.

Les actes de sabotages se poursuivent dans l’Hexagone. Un pylône supportant les équipements 5G de Free Mobile et Bouygues, la 4G de SFR et la TNT de TDF a été victime d’un incendie à première vue criminel dans la nuit du 25 au 26 à Lacroix-Falgarde près de Toulouse. Si les causes exactes ne sont pas encore connues, venir à bout des flammes n’aura pas été une partie de plaisir, loin de là. Il aura fallu l’intervention de deux camions et d’une dizaines de pompiers pour éteindre l’incendie.

Les foyers recevant la TNT ont eu droit à un écran noir samedi matin. Les abonnés des trois opérateurs ont eu aussi été impactés. Dans le secteur, trois nouveaux sites mobiles doivent sortir de terre prochainement dans le cadre du New deal mobile afin de compléter celle de Lacroix-Falgarde. Ces implantations sont prévues entre Goyrans (Free), Vigoulet-Auzil (Bouygues) et Rebigue (Orange). Des collectifs et associations de riverains sont aujourd’hui déjà vent debout face à cette arrivée, n’hésitant pas à attaquer devant le tribunal administratif à la suite d’un accord donné par les mairies dans deux dernières communes citées. Pour sa part, l’opérateur de Xavier Niel  devrait déposer une demande préalable de travaux prochainement. De quoi déjà susciter une certaine défiance. La raison, cette antenne de 36 mètres pourrait prendre place dans un parc naturel.

Véritable fléau, les incendies volontaires sur les antennes des opérateurs sont monnaie courante, sans revendications parfois. Il arrive même qu’un pylône s’enflamme à nouveau seulement trois semaines après avoir été réparé, comme ce fût le cas en février en Isère, de quoi occasionner des frais de plusieurs centaines de milliers d’euros pour une remise en état. En Ardèche, une attaque de ce type s’est produite il y a près de 10 jours dans un relai multi-opérateurs installé. Les câbles, alimentant l’installation ont été incendiés via l’usage d’un produit inflammable, lequel a provoqué plusieurs départs de feu. Ce mode opératoire est aujourd’hui très largement utilisé sur le territoire par les auteurs de ces incendies.

 

Source : La Dépêche