Bouygues Telecom : la facture grimpe encore pour certains abonnés Bbox contre des avantages

Bouygues Telecom : la facture grimpe encore pour certains abonnés Bbox contre des avantages

Bouygues lance une nouvelle série d’augmentations de prix pour ses abonnés fixe en l’échange de plusieurs enrichissements.

Une pratique légale mais dérangeante. Si Red by SFR et Bouygues Telecom ont pour habitude de tenter d’augmenter le prix de nombreux abonnés mobiles, les clients box sont aussi parfois concernés. La filiale de Bouygues informe aujourd’hui certains abonnés d’une nouvelle hausse automatique de tarif.  Comme en mai 2021 et octobre dernier, sont proposés les appels illimités vers les mobiles d’Europe contre une hausse 5€ par mois de l’abonnement. Et ce n’est pas tout puisqu’ un avantage supplémentaire est aussi de la partie : le choix entre Salto, Eurosport, le bouquet TV jeunesse. Par ailleurs, l’opérateur inclut un pack ciné comprenant les chaînes TCM Cinéma, Paramount Channel et EuroChannel.

Les abonnés concernés ont la possibilité de “renoncer” à cette évolution de l’offre. Si vous avez loupé le mail dans votre boîte de réception, sachez qu’il est possible de résilier votre contrat sans frais durant les 4 mois.

Une augmentation légale

Selon la DGCCRF, les opérateurs ont le droit d’augmenter le prix des forfaits en respectant deux conditions. La première : prévenir un mois avant par courrier ou courriel. La seconde : l’amélioration de l’abonnement doit concerner seulement des services ayant attrait aux télécoms comme les SMS illimités, plus de data ou un meilleur débit. En revanche, ils ne peuvent en aucun cas augmenter le prix du forfait pour une autre raison comme “une option musique, option télé, abonnement à un livre”.

En présentant l’ajout d’appels vers les mobiles d’Europe comme la seule raison d’augmentation de tarif, Bouygues Telecom reste dans les clous. En cas d’augmentation pour un autre motif, l’abonné peut signaler cette hausse de forfait sur la plate-forme SignalConso mise en place par la Répression des fraudes. Sa situation sera alors examinée. Lors du lancement de la plate-forme, l’autorité a affirmé que les entreprises ayant reçu plusieurs signalements sans réagir seront dans leur viseur.