Clin d’oeil : la 5G sur le Mont Everest, la fibre dans l’Antarctique… les idées folles des télécoms

Clin d’oeil : la 5G sur le Mont Everest, la fibre dans l’Antarctique… les idées folles des télécoms

Si certains petits villages se retrouvent dépourvus de connexion, les opérateurs n’hésitent pas à déployer des grands moyens pour proposer une connexion dans des endroits pourtant très inaccessibles.

Vous attendez la fibre ou la 5G chez vous ? Certains lieux pourtant très reculés y ont déjà accès. Retour sur ces endroits incroyables et distants qui sont pourtant connectés à internet. Grâce aux innovations technologiques, plusieurs endroits pourtant inaccessibles pour le commun des mortels bénéficient d’ores et déjà du haut voire très haut débit, et certains projets fous peuvent faire rêver.

Direction tout d’abord l’Himalaya, où vous pouvez accéder à la 5G… depuis le sommet du Mont Everest. La plus haute chaîne de montagne du monde a en effet vu débarquer en 2020 trois antennes 5G sur ses sommets. Une opération complexe, comme on peut s’en douter, qui a nécessité pas moins de 150 personnes et de nombreux yaks pour transporter les 8 tonnes de matériel nécessaire à l’installation, sans compter les 25 km de fibres nécessaires pour faire fonctionner ces antennes, dont l’utilité a été éphémère.

L’opération a en effet été réalisée par China Mobile, pour bénéficier à une station temporaire installée à 6500m d’altitude, dont l’objectif était de mesurer la hauteur de l’Everest avec précision. L’occasion également de réaliser un programme télévisé, diffuser à la télévision d’Etat chinoise.

Autre endroit où le très haut débit veut débarquer malgré des conditions extrêmes : un continent tout entier privé d’installations télécoms. La National Science Foundation (NSF) américaine veut en effet déployer la fibre optique depuis l’Australie jusqu’à… l’Antarctique. Rassurez-vous, ce très haut débit n’est pas destiné aux manchots, mais bien aux scientifiques basés dans une base située sur l’île de Ross. Ces derniers ne peuvent en effet bénéficier que d’un débit très faible, obtenu directement par satellite. Depuis l’été dernier, les Etats-Unis et l’Australie cherchent donc à déployer un câble sous-marin directement vers le continent blanc.

Dernier lieu auquel on peut penser pour une connexion internet ; l’espace ! Comment Thomas Pesquet a-t-il pu poster ses fameux tweets et photos depuis la Station spatiale Internationale (ISS)? Pas de Freebox ou de box collée à un mur, ni de câble de fibre optique pour venir apporter le très haut débit dans cette installation située à 400km du sol et tournant autour de la terre à 28 000 km/h. Pour permettre aux astronautes de communiquer avec la terre, il faut en effet compter sur le réseau TDRS reposant sur des satellites situés à 30 000 km de la station. Depuis 2010, les astronautes bénéficient d’un accès personnel à internet.

Source : Orange