Nouvelle fronde face à Free Mobile, jugé “sans foi ni loi”

Nouvelle fronde face à Free Mobile, jugé “sans foi ni loi”

Une manifestation est prévue aujourd’hui pour s’opposer à une antenne Free Mobile allumée depuis quelques jours.

Direction l’Auvergne-Rhône-Alpes, dans la petite commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse. Des habitants du hameau de Surchargeat rejettent l’activation d’une antenne Free Mobile, installée sur un pylône de TDF en octobre dernier et activée depuis quelques jours. Lorsque Anne Coste, l’une des riverains immédiat du pylône, a remarqué les travaux effectués sur l’infrastructure l’année dernière, elle a supposé qu’il s’agissait d’une opération de démantèlement. Il n’en est rien et depuis, l’habitante critique la manière de faire de l’opérateur de Xavier Niel, qu’elle juge “insupportable”.

« Ils n’ont prévenu personne, ni les riverains, ni la mairie. Alors qu’un dossier d’information mairie aurait dû être déposé avant le début des travaux » explique-t-elle. Le dossier a cependant été finalement transmis par la suite et malgré les contestations des habitants et les démarches entamées par les élus locaux, l’antenne a finalement été mise en route au début de l’année.

” On a recensé 26 logements dans un périmètre de 300 mètres, soit environ 75 personnes, dont des enfants en bas âge” explique l’habitante excédée. Elle reconnaît ses inquiétudes concernant l’impact supposé de l’installation sur la santé, ” car les émissions sont plus fortes ici qu’en ville afin de toucher une plus large zone. On n’est pas contre la 4G, mais on demande que le principe de précaution s’applique.“. Un recours a été déposé par la mairie auprès de la préfecture et les riverains se sont mobilisés.

Une pétition a été lancée, en ligne mais également dans les commerces de la commune et a recueilli 250 signatures, le collectif s’est d’ailleurs constitué en association et organise une manifestation aujourd’hui même, le 22 janvier, pour réclamer le démantèlement de l’installation. « On est face à un opérateur sans foi ni loi et un État qui donne carte blanche aux opérateurs avec des dérogations au Code de l’urbanisme. On s’attend à un long combat. Mais on le mènera », assure la porte-parole des riverains.

Source : Le Daupiné Libéré