Clin d’oeil : la connexion satellite d’Elon Musk fait la joie des chats en hiver

Clin d’oeil : la connexion satellite d’Elon Musk fait la joie des chats en hiver

Les paraboles Starlink permettent certes d’accéder à Internet mais peuvent aussi se retrouver avec une toute nouvelle utilité : un radiateur pour animaux.

Miaou-satellite. Un client de Starlink, l’accès à internet par satellite de SpaceX, s’est retrouvé dans une situation assez insolite, puisque son antenne parabolique s’est retrouvée… squattée par un petit groupe de chats. Surpris, l’utilisateur s’est alors fendu d’un tweet sarcastique pour partager sa trouvaille : “Starlink fonctionne bien jusqu’à ce que les chats comprennent que la parabole chauffe légèrement dés que la température tombe“.

On le sait, ces petits compagnons à poils sont friands des sources de chaleur et si parfois, ils choisissent les Freebox comme petit radiateur d’appoint, en hiver et lâchés dehors, ils font avec ce qu’ils trouvent. Les antennes de Starlink sont en effet désigné pour fonctionner jusqu’à une température de -30 degrés Celsius, grâce à un système de chauffage conçu pour faire fondre la neige et la glace pouvant s’y déposer. Une mesure de sécurité automatique, basé sur la température extérieure pour éviter d’endommager l’installation et la qualité de service.

Lorsque la connexion est active, l’antenne va s’incliner légèrement et de cette façon éviterait par exemple à un (ou 4) matous de venir s’y loger, mais une fois désactivée, l’antenne revient à sa position horizontale, pour en faire un parfait panier chauffant, au risque d’abimer l’installation. Les félins ne sont cependant pas les seuls à apprécier les paraboles d’Elon Musk, puisque l’ensemble de l’antenne émet de la chaleur. Si bien que des petits animaux peuvent également chercher refuge sous l’installation ou des petits oiseaux venant se percher dessus et faire leurs besoins par exemple. En somme, quelques risques de dégradation du service supplémentaires, pour le bonheur de nos amis les bêtes.

Source : Futurism