Condamné dans l’affaire Tapie, Stéphane Richard pourrait quitter la présidence d’Orange

Condamné dans l’affaire Tapie, Stéphane Richard pourrait quitter la présidence d’Orange

Stéphane Richard a été condamné dans le cadre de l’affaire Tapie. À la clé : de la prison avec sursis, une amende et une place désormais difficile à conserver à la tête de l’opérateur Orange.

Un ouf de soulagement en 2019 pour Stéphane Richard et ses collaborateurs. En tant qu’ancien directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde, le PDG d’Orange s’était retrouvé pris dans l’affaire Tapie et avait alors échappé à une peine de prison. Changement de ton, deux ans plus tard.

Ce mercredi 24 novembre, la Cour d’appel de Paris a condamné Stéphane Richard à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende dans le cadre de cette affaire. Il a été reconnu coupable de complicité de détournement de fonds publics lors du processus d’arbitrage du Crédit lyonnais à l’issue duquel Bernard Tapie avait perçu quelque 400 millions d’euros en 2008. L’accusation d’escroquerie n’a pas été retenue. Le procureur avait requis une peine de trois ans de prison, dont deux avec sursis, mais également une amende de 100 000 euros.

Mais cette condamnation remet également en cause son poste à la présidence de l’opérateur historique. Bruno Le Maire, le ministre français de l’Économie et des Finances, avait en effet exprimé clairement la position du gouvernement. “Pour toutes les entreprises publiques qui sont sous ma responsabilité de ministre de l’Économie, les règles du jeu doivent être claires : s’il y a condamnation du dirigeant, il y a départ immédiat du dirigeant“, avait-il déclaré en 2018. Le départ de Stéphane Richard pourrait ainsi être acté dès aujourd’hui à l’occasion d’une réunion du conseil d’administration. S’il avait affirmé vouloir rester à la présidence d’Orange, alors que son mandat prendra fin en mai 2022, cela apparait désormais assez compliqué.

Source : Challenge