Free Mobile : un riverain ne veut pas d’un “phallus de plus de 32 mètres” devant chez lui

Free Mobile : un riverain ne veut pas d’un “phallus de plus de 32 mètres” devant chez lui

Face à deux riverains s’opposant fermement à un projet d’antenne Free Mobile, une municipalité répond point par point, assurant faire de son mieux pour l’intérêt général.

“Je n’ai pas envie de voir un phallus de plus de 32 mètres chaque jour devant chez moi !”, peste Arnaud Vercauteren, natif de La Chevallerais. En cause : le pylône que Free compte installer dans cette commune de 1 600 habitants du département de Loire-Atlantique. Comme l’explique le riverain, c’est l’emplacement de l’équipement qui pose problème. “Si l’antenne avait été placée à 3 km de chez moi, ça ne m’aurait pas dérangé”, indique-t-il en effet.

La préservation d’un lieu

Et il n’est pas le seul à être dérangé par l’implantation du pylône. “Je veux sensibiliser aux problématiques de la sauvegarde de l’environnement”, explique de son côté Emmanuel Serrand, habitant de la commune depuis 5 ans, qui a d’ailleurs lancé une pétition ayant récolté plus de 100 signatures. Le site de la Lagune est, selon lui, “un site touristique, une zone très préservée”, “un lieu de promenade quotidien”. Il déclare ainsi avoir eu un “choc”, à la découverte du projet, par un courrier de la mairie reçu le 26 mai 2021. “Un pylône de 51 m (niveau NGF) avec une emprise de 20 mètres carrés au sol sur un site naturel : où sont passées les ambitions de protection de la nature et de l’environnement de la nouvelle municipalité ? Le point choisi est le plus bas. En général, on installe les antennes sur le point le plus haut”, s’interroge par ailleurs Emmanuel Serrand.

Il y avait plusieurs sites possibles, mais ce n’est pas le bon qui a été retenu, selon Emmanuel Serrand. “La réflexion portait sur 3 sites : la zone artisanale, le clocher et la lagune. Le clocher, je ne suis pas contre. Ils ont choisi la 3e solution, la lagune. Cette solution de facilité est la plus éloignée des habitations, mais au cœur du canal, sur un site très sensible. Et je le répète, le canal est un atout très important pour La Chevallerais”, affirme-t-il. Et de souligner : ” Sur le stade se trouve une antenne Orange. La mutualisation est obligatoire quand il y a deux opérateurs. Mais on nous répond que ce n’est pas possible”. Emmanuel Serrand ne tourne pas autour du pot concernant la suite : “Dès que le permis de construire sera déposé, je déposerai un recours au tribunal administratif”.

La municipalité estime faire au mieux

On ne partage pas ce point de vue du côté de la municipalité. “La Lagune n’est pas le lieu le plus touristique de La Chevallerais. Concernant le lieu de l’implantation, trois propositions ont été faites par le Copil Free au conseil municipal. Le lieu a été choisi en grande majorité par les élus, justement pour réduire les nuisances visuelles et de proximité des écoles”, explique-t-elle.

Concernant la mutualisation avec Orange, la municipalité assure que ça n’est pas possible. “Effectivement, Orange a installé son aiguille. Le vocabulaire est important, car une aiguille ne peut pas supporter d’autre opérateur. Au stade de foot, elle est visible par toute la commune et de loin, à la limite des habitations et à proximité des écoles”. Et d’ajouter : “nous souhaitons, quand cela sera possible, déplacer cet opérateur sur le pylône de la lagune afin d’harmoniser ce site de loisirs”.

À l’argument de l’arrivée de la fibre remettant en cause l’utilité de la nouvelle antenne, la mairie rappelle les usages différents. “Il ne faut pas faire un amalgame entre ces deux sujets. La couverture fibre concerne les usages au sein du foyer (téléphonie fixe, Internet, TV, Wi-Fi). La couverture en téléphonie mobile est certes utile au sein des foyers, mais a également un usage extérieur. Donc, l’arrivée de la fibre ne changera rien à la couverture mobile. Il y a des artisans, des commerciaux, des gens de passage à La Chevallerais, ils n’ont pas tous la fibre ni Orange. Cette installation peut aussi servir de relais pour les appels d’urgence”, détaille-t-elle. La municipalité rappelle aussi un fait important concernant les abonnés Free Mobile : “Free utilise aujourd’hui le réseau Orange pour sa couverture mobile dans le cadre d’un arrangement entre les deux opérateurs. Cet arrangement arrive à échéance fin 2022 et ne sera pas renouvelé. Les utilisateurs Free Mobile n’auront donc plus de couverture satisfaisante sur la commune à partir du 1er janvier 2023”.

Tiphaine Arbrun, maire de La Chevallerais, comprend la démarche et veut y apporter une réponse. “Ce genre de sujet est polémique, nous pouvons comprendre qu’il y ait une pétition. Nous avons, en amont, informé les riverains proches ; ils n’ont apparemment pas compris les réponses apportées. C’est pourquoi nous avons demandé à Free d’ouvrir une permanence pour y répondre”, explique l’édile. La maire souligne toutefois le peu de réaction côté riverains, alors que tous ceux habitant à moins de 300 mètres ont reçu une lettre d’information et que la mairie a largement communiqué sur les réseaux sociaux ou dans la presse. D’après elle, “seulement deux personnes sont venues en mairie demander des informations sur le sujet”.

Source : L’Éclaireur