Insolite : une théorie complotiste veut qu’internet soit mort depuis 5 ans

Insolite : une théorie complotiste veut qu’internet soit mort depuis 5 ans

Après “nous vivons dans une simulation”, une théorie croit en une simulation du web par des robots.

Internet est mort, mais ne le saurait pas encore. A l’exception de quelques adeptes d’une théorie se propageant sur la toile depuis le mois de janvier. Kaitlyn Tiffany, journaliste pour The Atlantic s’est intéressée à cette théorie qui veut qu’internet soit mort depuis 2016.

Pour les adeptes de cette idée, notre grand réseau web serait en fait “vide et dépourvu de personnes”. Tout le contenu que l’on pense produit par des humains ne seraient ainsi que l’œuvre de robots, aidés par quelques influenceurs “à la solde de diverses sociétés et de mèche avec le gouvernement” pour relayer leur propagande.

Le but derrière cette simulation d’Internet est simple : contrôler nos pensées pour nous faire acheter des produits. Le grand capital serait donc en cause ici, derrière une armée de robots. L’internaute “IlluminitiPirate” ayant lancé cette histoire affirme avoir vu “les mêmes fils de discussion, les mêmes photos et les mêmes réponses repostées encore et encore au fil des ans”.

Si la théorie peut sembler absurde, elle fait son chemin à travers le globe et a même été discutée lors d’une grande web-conférence et fait l’objet de débats sur des vidéos YouTube en Espagnol ou encore sur le réseau social Reddit. Parmi les quelques personnes prenant cette idée au sérieux, d’autres préfèrent ironiser sur la théorie, voire y trouver un sujet sur lequel philosopher.

Qui est réel sur le net et surtout qui ne l’est pas ? L’un des internautes participant au débat a pour sa part commenté « Si j’étais réel, je suis sûr que je serais en train de vivre pleinement chaque jour et de faire l’expérience de tout ce que je peux faire à chaque instant de la durée relativement infinitésimale de mon existence, au lieu de poster sur Internet des messages qui n’ont aucun sens. ». Certains y voient également une base pour critiquer le rôle des bots de plus en plus présents sur la toile.

Source : via Presse-citron