Free se joint au mouvement face à la LFP

Free se joint au mouvement face à la LFP

Free et Canal+ en soutien de beIN Sports contre la Ligue de football professionnel, devant la Commission européenne.

Le deal passé par la LFP avec Amazon soit 8 matchs par journée de Ligue 1 dont les 10 plus belles affiches de la saison pour 250 millions d’euros par an contre 2 affiches pour 332 millions pour Canal+, n’a pas fini de faire parler de lui. Si la filiale de Vivendi s’est vu sommée la semaine dernière de respecter son contrat et à diffuser la Ligue 1, elle prévoit de faire appel (non suspensif) dans les plus brefs délais.

Dans le même temps, d’autres actions sont en cours en France mais pas uniquement. A l’instar de Canal+, beIn Sports refuse d’être celui qui paye le plus pour diffuser le moins. Dans ce contexte, le groupe qatari s’est mis sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre par le biais d’une procédure de conciliation à laquelle Canal+ va participer, ce qui pourrait lui permettre de ne pas effectuer le paiement de ses droits à court-terme si son partenaire refusait de passer à la caisse.

De quoi faire grincer des dents la LFP qui devra aussi composer avec d’autres procédures. BeIN Sports l’a notamment assigné devant le tribunal judiciaire de Paris tout en lançant une action devant la Commission européenne pour « abus de position dominante ». Selon Politico, la chaîne qatarie attaque en Europe avec le soutien de Canal+ et Free. Mais l’affaire devrait être tranchée dans plusieurs années : « L’exécutif européen, qui n’a pas souhaité commenter, peut mettre plusieurs années à conclure des cas de concurrence (pour vous donner une idée, une plainte déposée contre Google en 2013 a donné lieu à une amende en 2018). D’ici à ce que l’affaire soit résolue à Bruxelles, Kylian Mbappé sera peut-être déjà à la retraite », a ironisé Laura Kayali, journaliste pour le média politique américain.

Free renégocie son lot avec la LFP

Sur le changement de paradigme autour des droits de diffusion de la compétition remportés par la firme de Jeff Bezos, Thomas Reynaud, directeur général de Free a commenté début juillet  :  “Amazon a récupéré le plus beau lot à un prix totalement bradé, le juste retour c’est qu’il doit vraiment mettre en valeur le football français, à la fois dans les modes de diffusion, dans le produit un peu comme Canal+l l’a fait avec talent dans son temps.»

S’agissant du lot numérique obtenu par l’opérateur de Xavier Niel en 2018 pour moins de 50 millions d’euros par an jusqu’en 2024,  le numéro 2 de Free est formel : “quand on voit l’évolution de ces lots ( A et B) , Free a payé le prix fort, il se pose une question de traitement et d’équité  entre les différents opérateurs, c’est le cas pour Free mais aussi pour BeIN et Canal+.” Le FAI menait alors des discussions avec la LFP sur ce sujet.