Free annonce “avoir payé le prix fort” pour la Ligue 1, des négociations avec la LFP et une nouvelle application 100% foot

Free annonce “avoir payé le prix fort” pour la Ligue 1, des négociations avec la LFP et une nouvelle application 100% foot

En discussion avec la LFP sur le prix de son lot numérique, Free attend avec impatience le coup d’envoi de la prochaine saison du championnat de France de football, début août, avec une application Free Ligue 1 Uber Eats flambant neuve.

A l’heure où les observateurs se posent la question de savoir si la Ligue 1 va pouvoir vivre avec Amazon et sans Canal+, Free se prépare à démarrer la prochaine saison pied au plancher. “On sera au rendez-vous début août pour la reprise du championnat avec une nouvelle version de notre application Free Ligue 1 Uber Eats”, a annoncé hier Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad, sur le plateau de BFM Business. Pour cette nouvelle saison, “j’espère que les Français vont pouvoir revenir dans les stades, car c’est une superbe application mais qui a du sens uniquement si vous êtes en mobilité”, a-t-il ajouté.

Si le successeur de Thomas Thouroude, ex-tête d’affiche de l’application parti du côté de beIN Sports, n’est pas encore connu, de nouveaux formats viendront s’ajouter au large catalogue d’émissions originales déjà proposées. L’interface et le design ont également été repensés avec de nouvelles fonctionnalités, pour une expérience adaptée à la réouverture des stades et des lieux de partage. De quoi peut-être proposer une version payante aux non-abonnés Free, après un an de gratuité à la suite de couacs techniques au démarrage et de la défaillance de Mediapro.

Sur le changement de paradigme autour des droits de diffusion de la compétition remportés par la firme de Jeff Bezos, Thomas Reynaud commente :  “Amazon a récupéré le plus beau lot à un prix totalement bradé, le juste retour c’est qu’il doit vraiment mettre en valeur le football français, à la fois dans les modes de diffusion, dans le produit un peu comme Canal+l l’a fait avec talent dans son temps.»

S’agissant du lot numérique obtenu par l’opérateur de Xavier Niel en 2018 pour moins de 50 millions d’euros par an jusqu’en 2024,  son numéro 2 est formel : “quand on voit l’évolution de ces lots ( A et B) , Free a payé le prix fort, il se pose une question de traitement et d’équité  entre les différent opérateurs, c’est le cas pour Free mais aussi pour BeIN et Canal+.” Le FAI mène actuellement des discussions avec la LFP sur ce sujet.