Exposition aux ondes : 95 smartphones contrôlés en 2020 par l’ANFR, 9 étaient hors des clous

Exposition aux ondes : 95 smartphones contrôlés en 2020 par l’ANFR, 9 étaient hors des clous

L’ANFR dresse le bilan des mesures de DAS réalisées en 2020. Près de 10 % de smartphones contrôlés n’étaient pas dans les clous.

Afin de vérifier que les constructeurs de smartphones respectent les limites fixées par la réglementation en matière de DAS (Débit d’Absorption Spécifique), l’Agence Nationale des Fréquences effectue chaque année des prélèvements dans des points de vente en France et réalise des mesures.

En 2020, ce sont ainsi 95 téléphones portables de 33 marques différentes qui ont été contrôlés par l’autorité administrative. Des modèles “correspondant à 82,5 % des ventes selon l’indice GfK”, souligne-t-elle.

9 smartphones hors des clous

“Pour les mesures DAS tête, aucune non-conformité n’a été constatée, les valeurs mesurées ayant varié entre 0,14 W/kg et 0,84 W/kg avec une valeur médiane de 0,23 W/kg, la limite réglementaire étant fixée à 2 W/kg”, indique l’ANFR. “Pour les mesures DAS tronc, les valeurs mesurées ont varié entre 0,411 W/Kg et 3,48 W/kg, avec une valeur médiane de 1,10 W/kg, la limite réglementaire étant également fixée à 2 W/kg”, ajoute l’autorité administrative. Et d’ajouter enfin, concernant les mesures DAS membre : “Aucune non-conformité n’a été constatée. Les valeurs mesurées ont varié entre 1,02 W/kg et 3,84 W/kg avec une valeur médiane de 2,20 W/kg pour une limite réglementaire fixée à 4 W/kg”.

Dans le lot, certains ne respectaient ainsi pas totalement la réglementation en matière de DAS. 9 pour être précis, soit environ 10 %. Après mise en demeure, 8 sont toutefois revenus dans les clous grâce à une mise à jour logicielle : les Sony Xperia 5, Nokia 7 Plus, Xiaomi Mi Note 10, Xiaomi Redmi 7, Gigaset GS270 Plus, Logicom Le Hola, Nokia 3.1 et OnePlus 6T. Un seul, le modèle Razer Phone 2, a finalement fait l’objet d’“un rappel volontaire auprès des personnes détentrices de ce terminal” et d’un retrait du marché.

Une législation ayant évolué

Rappelons que la législation autour du DAS a évolué, afin de mieux informer le consommateur sur fond de multiplication des objets connectés. Depuis le 1er juillet 2020, il s’étend ainsi au-delà des téléphones mobiles pour concerner l’ensemble des équipements radioélectriques prévus pour un usage à proximité du corps humain et dont la puissance moyenne maximale est supérieure à 20 mW, englobant ainsi certaines montres connectées, les casques sans-fil et les tablettes tactiles. Le DAS doit être indiqué dans les notices et les publicités, mais aussi sur les lieux de vente à proximité des appareils concernés.