Une messagerie chiffrée pour piéger le crime organisé partout dans le monde

Une messagerie chiffrée pour piéger le crime organisé partout dans le monde

Une opération spéciale historique pour les autorités internationales dans le cadre de la lutte contre le crime organisé.

Un coup de filet mondial grâce à une simple appli de messagerie. L’opération Trokan Shield, menée par les forces de police de 16 pays avec le support d’Europol s’est terminée avec un grand succès, conduisant à 800 arrestations à un énorme butin pour les forces de l’ordre. La clé de la réussite : une application nommée ANOM, créée par les autorités.

ANOM proposait trois services prisés par les criminels : sur des téléphones personnalisés vendus 2000 dollars sur le marché noir, vous pouviez alors envoyer des messages chiffrés, faire des vidéos et brouiller la voix.  Et cette messagerie était déguisée en application de calculatrice protégée par un code. Pour faire adopter ce petit smartphone, certains “criminels influenceurs” ont été utilisés pour rendre crédible l’astuce auprès de la cible du coup de filet : les criminels et les bandes organisées. Le service a été utilisé sur plus de 12 000 terminaux, dans au moins 300 réseaux criminels dans plus de 100 pays. En somme, plus de 27 millions de messagers ont été analysés, permettant de recueillir assez de preuves pour que les forces de l’ordre passent à l’action.

Ce coup de filet a permis la saisie de plus de 8 tonnes de cocaïne, 22 tonnes de cannabis, 8 tonnes de drogues de synthèse (amphétamine et méthamphétamine) et composés utilisés dans leur fabrication, 250 armes à feu, 55 véhicules de luxe et plus de 48 millions de dollars dans diverses devises et crypto-monnaies. Une opération qui a nécessité une collaboration de nombreuses autorités à l’internationa, mais la plateforme chiffrée a été développée par la police fédérale australienne, puis opérée par le FBI. Trois ans de développement pour 10 mois de filature et un franc succès. Quand pour une fois, ce sont les criminels qui se font piéger par un service bidon.

Source : LeMondeInformatique