Blocage des téléphones loués non restitués : EasyCash menace de porter plainte contre Free, et s’engage à échanger les téléphones impactés

Blocage des téléphones loués non restitués : EasyCash menace de porter plainte contre Free, et s’engage à échanger les téléphones impactés

Univers Freebox vous rapportait dès la semaine dernière l’opération de blocage lancé par Free pour les smartphones loués qui n’ont pas été restitués. Aujourd’hui, Easy Cash, qui a revendu certains de ces téléphones, entre dans le round.

En effet certains ne restituaient pas leur smartphone sans payer le tarif demandé en cas de manquement à l’obligation de restitution. Dans ce cas, Free prévenait déjà qu’il pouvait bloquer le téléphone, mais il n’avait jamais mis en place cette solution jusqu’à présent. L’opérateur est donc passé à l’action depuis le 31 octobre et procède à une opération de blocage des smartphones des abonnés qui n’ont pas restitués leurs smartphones.

Concrètement, les possesseurs des smartphones concernés n’ont plus de réseau et ce, quel que soit l’opérateur. Pour les abonnés Free qui savent que le smartphone est en location, la chose est compréhensible, mais il en est tout autrement pour ceux qui ont racheté des smartphones "non restitués" via le Bon Coin par exemple. C’est aussi le cas chez Easy Cash, qui a revendu des smartphones concernés par ce blacklistage. Dans un communiqué, il explique aujourd’hui qu’il conteste la décision de Free ainsi que son bien fondé juridique. Il annonce "se réserver le droit d’engager des poursuites contre Free afin de faire indemniser ses préjudices commerciaux, d’image, et liés à l’échange des téléphones portables"

Easy Cash assure par ailleurs qu’en aucun cas il ne rachète des téléphone volés car il y a un contrôle rigoureux. Il annonce enfin que dans "le cas précis du blacklistage Free [il] a décidé de proposer gracieusement à tous les possesseurs de téléphones blacklistés par Free, une échange contre un modèle identique ou équivalent, y compris pour les modèles utilisés et acquis depuis plus d’un an"

Cela pose toutefois question. En effet, en aucun cas les abonnés qui louent un téléphone chez Free ne disposent d’une facture qui prouverait qu’ils sont propriétaires du téléphone. Dans ces conditions, comment Easy Cash a-t-il pu s’assurer que ces smartphones n’étaient pas "volés" ?

Merci à Dylan et Thibault