Et si Xavier Niel lâchait Free et se consacrait à son rôle de pape de la Tech ou entrait au capital d’Orange ?

Et si Xavier Niel lâchait Free et se consacrait à son rôle de pape de la Tech ou entrait au capital d’Orange ?

Les spéculations vont bon train et des scénarios de consolidation dans les télécoms voient Xavier Niel quitter le navire Free pour devenir actionnaire de référence d’Orange ou encore pape officiel de la Tech française.

Après ses déclarations équivoques lors de la présentation des résultats et la volonté de restructuration de ses projets dans les télécoms, Xavier Niel se retrouve au centre de la partie. "Il se murmure dans les arcanes du gouvernement que Xavier Niel pourrait troquer tout ou partie de sa participation dans Free contre un rôle plus officiel d’investisseur numéro un dans la Tech française" peut-on lire dans le Figaro.

Parmi les autres hypothèses mettant en jeu Xavier Niel, l’entrée au capital d’Orange en tant qu’actionnaire de référence fait couler de l’encre aussi "Il apporterait à Orange une nouvelle dimension sur le plan international. C’est l’homme de la Tech". L’idée est séduisante mais, encore faut-il s’entendre sur le prix et passer outre la crainte des pouvoirs publics qui s’attendent, dans ce scénario, à une remontée des tarifs ainsi que l’antitrust européen qui pousse plus à des passages à quatre qu’à des retours trois (cf.Allemagne).

De plus, cette hypothèse serait synonyme de suppression d’emploi, et le gouvernement dans son optique de relance par les investissements (new deal mobile, plan THD) "a tout intérêt à conserver quatre opérateurs" affirme Sébastien Crozier, président de la CFE- CGC.

Si rien ne se fera avant la fin du processus d’attribution des fréquences, la consolidation dans les télécoms se fait de plus en plus pressante. "Tant que les opérateurs seront quatre en France, l’hypothèse d’un retour à trois sera en suspens" résume un expert pour le Figaro. La Palice en aurait dit autant, mais l’idée est là.