YouTube et Google au cœur d’une affaire concernant les données personnelles des enfants

YouTube et Google au cœur d’une affaire concernant les données personnelles des enfants

La plateforme vidéo de Google est synonyme, pour beaucoup d’utilisateurs, de contenus gratuits même pour les enfants, qui l’utilisent afin de regarder des dessins animés ou encore des émissions éducatives. Cependant, il s’avère que YouTube exploite les données de ses jeunes utilisateurs à des fins marketing. Cette pratique est pourtant illégale aux Etats-Unis. En effet, la loi COPPA (Children’s Online Privacy Protection Act) stipule que toute récolte des données personnelles d’enfants de moins de 13 ans doit être consentie par leurs parents. De ce fait, une coalition pas moins de 23 entités luttant pour la protection de l’enfance a donc porté plainte auprès du régulateur du commerce américain (Federal Trade Commission).

La plainte est accompagnée de preuves montrant que la firme de Mountain View a bien illégalement exploité les données de localisation des enfants utilisant la plateforme, peu importe le type de support utilisé, ainsi que leurs habitudes de navigations. Le site d’hébergement de vidéos a également enregistré des numéros de téléphone. L’une des organisations ayant porté plainte, la CCFC (the Campaign for a Commercial-Free Childhood) précise que : « YouTube est l’un des sites Web pour enfants les plus populaires au monde, et cette société le sait. 80% des Américains de 6 à 12 ans utilisent YouTube, et en 2017, c’était la marque la plus reconnaissable chez les enfants de 6 à 12 ans ». Les publicités affichées à la télévision ont donc bien moins d’impact que les annonces publicitaires ciblées diffusées sur YouTube.

L’affaire est suivie de près par la CNIL

Google ayant été contacté par l’AFP, un porte-parole de la firme a déclaré que « protéger les enfants et les familles était une priorité ». Il a également mis en avant, le fait qu’une application spécialement conçue pour les enfants a été développé par l’entreprise, YouTube Kids. Le géant de Mountain View indique que dans cette application, il ne retient pas le nom, ni l’adresse, ni les coordonnées de l’enfant. En revanche, Google enregistre l’appareil à partir duquel la navigation est effectuée, ou encore la langue utilisée dans le but d’optimiser l’utilisation de la plateforme vidéo, avec le consentement des parents cette fois-ci.

Les règles de protection de vie privée sont les mêmes en France concernant les enfants. Cependant, la limite des 13 ans va être rehaussée à 16 ans, pour l’Hexagone, avec le nouveau RGPD prévu pour le 25 mai 2018. Le dossier est suivi de près par la CNIL. Elle devrait prochainement communiquer au sujet de cette affaire.

Source : 01net