Vivendi n’a pas l’intention de réduire sa participation ni dans Mediaset ni dans Telecom Italia

Vivendi a fait appel de la décision de l’autorité italienne de régulation des télécommunications (Agcom) auprès du tribunal administratif de Rome et congèle 20% des droits de vote de Mediaset pour passer sous la barre des 10% (9,99%).

 
Vivendi a fait savoir qu’il n’avait pas l’intention de réduire sa participation ni dans Mediaset ni dans Telecom Italia en présentant un recours au tribunal administratif de Rome contre la décision du gendarme des télécoms. Pour sa défense le groupe français répète n’exercer aucune forme de contrôle sur Mediaset, ne pas être en capacité d’en influencer la gestion et donc être dans la légalité. En attendant la réponse du tribunal administratif, il congèle temporairement les droits de vote considérés comme illégaux et l’exposant selon la loi italienne à une amende de 2 à 5% de son chiffre d’affaire.
 
La première sentence de l’Agcom donnait à Vivendi un an à partir du 18 avril pour trancher entre sa participation dans Mediaset ou Telecom Italia et 60 jours pour présenter un plan d’action. Vivendi avait pris des participations dans Mediaset peu après s’être rendu compte que l’accord de cession de Mediaset Premium proposé par le groupe italien ne faisait pas mention de la santé financière plutôt inquiétante de la chaîne payante. C’est vendredi dernier, au terme du délai légal, que Vivendi a déposé le recours auprès du tribunal pour contester la décision de l’autorité de régulation et communiqué dans le même temps son plan d’action à l’Agcom.