Orange/DGSE : l’inquiétude des écoutes téléphoniques gagne le parlement

Révélées par Edward Snowden, déjà célèbre après l’affaire PRISM et le scandale de la NSA, le lien entre la Direction Générale de la Sécurité Extérieure et Orange commence à inquiéter les parlementaires.

C’est à travers une question parlementaire qu’une député a interpelé le gouvernement pour connaître la portée du lien entre le service français de renseignement et Orange. Pour Jacqueline Fraysse, il est temps de "savoir dans quel cadre légal s’inscrit cette coopération" des FAI avec la DGSE.

Elle rappelle que la DGSE doit "opérer dans un cadre juridique et déontologique très strict", comme elle l’indique sur son site. La député estime que "la lutte contre d’hypothétiques menaces terroristes ne saurait justifier, en effet, que les services de l’État s’affranchissent des règles de droit, au risque de porter atteinte aux libertés individuelles."

Réagissant au scandale révélé par Le Monde, Stéphane Richard PDG d’Orange avait déclaré que ces écoutes étaient gérés par des personnes "classées secret-défense" et que tout était réalisé "en lien avec les pouvoirs publics dans un cadre légal."

Jacqueline Fraysse demande ainsi que tout la lumière soit faite sur cette collaboration.

Source : Numerama