IDATE 2006 : FTTx : Une bataille de technologies ?

IDATE 2006 : FTTx : Une bataille de technologies ?

<>

Se sont succédés différents acteurs, tel que Verizon, FTTH Council, Deutsch Telecom, Alcatel,…

Au-delà du retour d’expérience, ce qui a retenu notre attention est la bataille sur les choix technologiques.

Lors du lancement du plan FTTH par Free, nous avions indiqué que Free avait opté pour la technologie P2P Ethernet alors que FT avait choisi la technologie GPON.

Nous avions rappelé qu’Acatel (partenaire privilégé de FT ?) proposait des solutions GPON, alors que Cisco, quant à lui, s’était tourné vers le P2P. (Partenaire de Free ?)

Les raisons d’Alcatel :

C’est Jean-Pierre Lartigue (Groupe Alcatel) qui a fait l’état des lieux du FTTx. Pourquoi Alcatel a-t-il choisit la technologie GPON ?

-  Le PON : un fibre que l’on split vers 42 à 64 abonnés

-  Pair à Pair : une fibre vers chaque utilisateur

L’architecture GPON a été adoptée par la Chine, Singapour, l’Australie, la Corée, le Japon,… Cette architecture a été conçue pour un marché de masse, pour des dizaines de millions de foyers donc Il faut maximiser les coûts de fonctionnement. Le Pon est plus rentable d’après des études françaises (plus rentable dans les zones moins dense que l’inverse).

M Lartigue s’appuie également sur l’experience de Verizon (1er opérateur américain dans le FTTHx). G-PON is ne next step in the evolution of the all-fiber-access network : Paul Lacouture, Vice president de Verizon.

Il y a une synergie entre les opérateurs. Pour Alcatel, le GPON peut être dégroupé.

Le PON permet l’IP et l’ATM : donc c’est l’IP avec une bonne couverture, de la souplesse, une évolution de recherche & développement sur le long terme qui a été retenu.

C’est aussi un excellent soutient aux fibres en cas de réparation. Il est plus rentable lorsque l’on met simplement des équipements fibres.

Le débit par GPON est de 2,5 Gb/s partagés par 64 abonnés. Le GPON apparaît pour Alcatel comme une norme d’avenir.

Il revient sur la question de place. Lorsque l’on a dans un CO (Central Office) jusqu’à 16 000 abonnés il faudra 3 racks contre 48 pour le P2P.

 

Si on veut aller vers cette nouvelle technologie FTTH, Il va falloir repenser les équipements. Plus de 10 000 fibres par CO (Central Office) n’est par gérable pour Jean-Pierre Lartigue.

Des calculs ont été effectués par Alcatel. 10 CO sont nécessaires contre 80 pour le P2P.

Il a également abordé le nombre de fibre apparentes et le coût de la consommation électrique.

-  GPON : 1 Racks Fibre pour 508 Fibres apparentes

-  P2P : 24 Racks fibre pour 32 000 Fibres apparentes.

Dans le Central office cela représente 11,25 m² utilisant 4800 Watts pour le GPON contre 180 m² utilisant 67 000 Watts pour le P2P.

Avec le GPON on consomme 80% de moins et on a un gain de place de 92% par rapport au P2P.

Ainsi, l’intervention d’Alcatel était basée uniquement sur la valorisation du GPON, technologie qu’il propose.

Le point de vue de Deutsche Telekom :

Nikolai J.B Beckers revient avec humour sur l’intervention de Jean-Pierre Lartigue. Il indique qu’au bout du compte il y a aura le FTTH, le FTTB avec Alcatel qui aimerait servir le tout.


Le point de vue de FT :

France Telecom a choisi la technologie GPON. En revanche, Paul-François Fournier (Groupe France Télécom) est resté prudent quant au choix technologique.

Il a en effet indiqué que pour le moment le GPON semblait être le choix le plus judicieux mais rien n’empècherait d’effectuer un autre choix, de changer de technologie si l’avenir montrait qu’une autre solution était meilleure.

Le point de vue de Sagem :

Didier Guillot pour le groupe Sagem a indiqué qu’une compétition existera entre le P2P et le GPON. Pour lui, le P2P est utilisé pour des applications Pro. En effet, l’éthernet est une technologie approuvée en entreprise. Le GPON pose un problème de sécurité car la fibre est partagée.

Reflexion :

Il ressort des différentes interventions que la France discute beaucoup sur les technologies alors que des pays comme les Pays-bas ou bien les USA posent le débat sur les services.

La fibre va représenter un marché de plusieurs milliards d’euros. Certaines technologies comme le P2P n’ont pas besoin des équipementiers. Alcatel l’a bien compris et ne veut pas perdre ce marché.

On pourrait penser comme Erenis : on laisse la technologie aux ingérieurs et on préfère se concentrer sur les services.

L’avenir nous dira si Free a fait le bon choix comme il l’avait fait en se dotant d’un réseau tout IP alors que tout le monde ne jurait que par l’ATM.

Fermeture du forum par Gabrielle Gauthey :

Nous vous mettons à disposition l’intervention de Gabrielle Gauthey. Cette dernière, indique les différentes phases de travail à laquelle l’Arcep va s’atteler dans les mois à venir.

Téléchargez la présentation pps de Gabrielle Gauthey.