Le GESTE regrette la portée limitée de l’accord entre Google et les éditeurs de presse

Nous vous informions lundi qu’après deux mois d’âpres négociations autour de la mise en œuvre d’un système équitable de partage de la valeur, la mission de médiation entre Google et les éditeurs de presse d’information politique et générale rassemblés au sein de l’association AIPG, a finalement validé un protocole d’accord.
 
Le GESTE, (Groupement des Editeurs de Services en ligne) salue aujourd’hui ce premier accord dont l’un des volets porte sur la création d’un fonds de 60 millions d’euros pour aider la presse à réussir sa transition vers le numérique.
 
Le GESTE déplore toutefois le fait que cet accord ne vaille que pour trois ans et ne consacre pas le principe d’une rémunération des sites au titre de l’indexation de leurs contenus par Google, alors que les négociations concernaient la répartition de la valeur sur le Web.C
 
Avec cet accord de partenariat, le moteur de recherche reconnait l’existence d’une distorsion du partage de la valeur au détriment des sites d’information politique et générale. Le GESTE regrette vivement que cette reconnaissance se limite au périmètre IPG, alors que la distorsion du partage de la valeur s’étend à tous les sites de contenus en ligne.
 
D’autre part, concernant la partie commerciale de l’accord pour l’instant inconnue, le GESTE reste réservé quant à une solution qui renforcerait la position économique monopolistique d’un acteur tel que Google.
 
Le GESTE souhaite donc que l’ensemble des modalités de mises en œuvre de l’accord soient rendues publiques afin que les discussions sur l’évolution des relations entre les médias en ligne et les moteurs de recherche, s’agissant tant de la distribution des contenus que du marché de la publicité en ligne, demeurent transparentes.
 
La réflexion sur les distorsions du partage de la valeur des contenus au profit de géants du web devra donc se poursuivre pour que tout acteur de ce secteur de l’édition de contenus et de services en ligne puisse profiter d’un écosystème équitable pour se développer.