Journée d’action Télécom : Les syndicats reçus par A. Montebourg

Aujourd’hui les syndicats des 3 opérateurs, France Télécom, SFR, Bouygues avait prévu une journée d’action portant sur l’emploi et les suppressions de postes.
Le mot d’ordre était : "peser sur les décisions du gouvernement et les stratégies des opérateurs et des industriels".
Après quelques débrayages et des distributions de tracts, les fédérations des télécoms CFDT, CGT, SUD et Unsa ont été recu par Arnaud Montebourg, le ministre de redressement productif.

 
Jean Paul Gristi a indiqué que la CGT demande au gouvernement d’ « utiliser l’ensemble des leviers qui sont à sa disposition pour intervenir en matière d’investissement, d’emploi et de régulation ».

 
Ils ont témoigné de leurs inquiétudes sur les emplois, notamment sur les plans de départs annoncés du côté de Bouygues et de SFR.
« On est restés deux heures. On ne peut pas dire qu’on ait eu des solutions immédiates", a commenté Christian Pigeon (SUD). "Notre volonté de demander au gouvernement d’intervenir plus sur les dossiers sociaux a été unanimement reprise par les organisations syndicales, certaines, dont la notre, allant jusqu’à réclamer un droit de veto dans les Comités d’entreprise (CE) pour empêcher une politique de l’emploi nuisible »

 
La CGT a également demandé à l’Etat, en tant que premier actionnaire de France Télécom, de réclamer la suppression du dividende, afin de réinjecter les fonds dégagés « dans l’investissement et dans l’emploi ».

Pour Jean-Paul Gristi (CGT), la journée visait essentiellement « à préparer la journée européenne de demain contre l’austerité ».
Une mobilisation plus importante est attendue par les syndicats..

Source : Notre Temps