Arcep : Free mobile “change la donne” sur le marché mobile français

Arcep : Free mobile “change la donne” sur le marché mobile français

Jean Ludovic Silicani a répondu aux questions du quotidien Les Echos au sujet des forfaits Free Mobile. Pour le patron de l’Arcep, la donne change avec Free Mobile.
 
Monsieur Silicani estime que l’arrivée de Free Mobile sur le marché mobile français implique quatre ruptures.
Tout d’abord, les offres de Free sont simples et peu nombreuses alors qu’il existe près de 1.000 offres mobiles en France actuellement. De plus, Free Mobile propose un forfait téléphonique dissocié du terminal et la relation entre l’abonné et l’opérateur se fait essentiellement via internet. Enfin, les prix sont extrêmement bas. « C’était d’ailleurs l’objectif de l’attribution de cette quatrième licence mobile » a-t-il expliqué.
 
Dans son analyse, le régulateur va plus loin et se réjouit de l’arrivée du quatrième entrant qui rend le marché plus concurrentiel : « En 2009, le gouvernement et le régulateur ont décidé de mettre en vente cette licence car nous avons fait ensemble le constat que le marché mobile avait une structure oligopolistique et donc insuffisamment concurrentielle. Ce marché se caractérisait par une rente de situation. Il fallait un nouvel entrant pour l’animer car le prix du panier moyen de consommation mobile en France était supérieur à celui des autres pays européens comparables ».
 
M. Silicani n’a pas été totalement surpris par les offres de Free puisqu’elles correspondent aux engagements de celui-ci pour obtenir la quatrième licence. Cela dit, le forfait à 2€ pourrait réduire le marché du prépayé en France : « L’offre à 2 euros m’a tout de même surpris. C’est l’équivalent d’un service universel mobile. Il est possible qu’avec cette offre, le marché de la carte prépayée se réduise en France ou alors se cantonne à des niches telles que, par exemple, les offres prépayées dites « ethniques » ou destinées à l’international ».
 
Free Mobile va-t-il contraindre les opérateurs à réduire leurs investissements ?
« Il est clair qu’ils vont voir leurs marges baisser sur le mobile. Comment y faire face ? Il leur est d’abord possible de réduire les sommes qu’ils versent à leurs actionnaires. Si l’Etat, qui est le principal actionnaire de France Télécom, souhaite que cet opérateur maintienne ses investissements à un haut niveau, il peut accepter une baisse du dividende : il a clairement un choix à faire » a expliqué le patron de l’Arcep.
Concernant les éventuels licenciements, depuis trois ans, l’emploi dans le secteur a cessé de baisser alors que l’intensité concurrentielle sur le marché mobile s’est sensiblement accrue.
 
Pour conclure, Jean Ludovic Silicani a annoncé que le régulateur des télécoms veillera à ce que Free remplisse ses obligations en matière de couverture de la population et regardera de près la qualité de service. « Une offre, c’est un prix et un service. Cela passe par un service après-vente efficace. Nous vérifierons aussi que l’offre illimitée le soit véritablement » a-t-il annoncé.

Source : Les Echos