Trois nouveaux membres pour la Hadopi dont un opposant


La haute autorité chargée de la lutte contre le téléchargement illégal vient de renouveler ses membres selon un décret publié samedi au Journal officiel.

 
M. Mathus a ainsi été désigné par le président socialiste du Sénat, Jean-Pierre Bel, pour remplacer Michel Thiollière, sénateur UMP de la Loire, Christian Pheline a été nommé sur proposition du président de la Cour des Comptes, Didier Migaud et Anne-Elizabeth Crédeville a été désignée par la présidente du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, Sylvie Hubac.

 
M. Mathus est particulièrement connu pour son opposition à la haute autorité. Dans une interview accordée à Liberation, M. Mathus a indiqué : "Le Sénat devait nommer quelqu’un, autant que ce soit un combattant. Je n’ai pas pour autant changé de position vis-à-vis de l’Hadopi, qui pour moi n’a pas d’avenir". Le sénateur PS nouvellement nommé a également ajouté que "la répression ne marche pas et ne marchera jamais".


"Supprimer Hadopi, c’est renoncer à la promotion du téléchargement légal" :

Samedi, dans un communiqué, la présidente UMP de la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée, Michèle Tabarot, a estimé que le PS, avec ses "attaques contre l’Hadopi", voulait "faire payer à l’ensemble des internautes son incapacité à proposer une politique déterminée de lutte contre le piratage".

 
"La mise en place de l’Hadopi a permis de responsabiliser les internautes par un dispositif préventif et pédagogique et non pas répressif (…) La supprimer, c’est renoncer à la promotion du téléchargement légal et laisser le piratage des oeuvres prospérer. L’entêtement de l’équipe de François Hollande serait lourd de conséquences pour la création culturelle", ajoute la députée des Alpes-Maritimes.

 
Au sein de la Haute Autorité, on compte 9 membres et son collège est renouvelable par tiers tous les deux ans. Le décret nomme aussi, au sein de la commission de protection des droits de l’Hadopi, Jean-Baptiste Carpentier qui, sur proposition du président de la Cour des Comptes, va remplacer Jacques Bille, dont le mandat arrivait aussi à échéance.

 

Source : AFP