Croisement de fichiers : feu vert pour Orange

 

L’Autorité de la Concurrence vient de rendre possible l’utilisation croisée de bases de clientèles par Orange.

 

Jusque là, la pratique était réservée à Bouygues et SFR. Cependant l’autorité de la concurrence a émis quelques réserves en mentionnant que les offres couplées pouvaient présenter des risques pour la concurrence. 

 

Plus connu sous le nom de" cross selling", c’est à dire la possibilité pour un opérateur de proposer à ses abonnés mobiles des offres internets et vis versa, l’Autorité de la concurrence a estimé que cette technique de recrutement "ne paraît pas, de prime abord, pouvoir distordre la concurrence à elle seule".

 

Toutefois, elle a averti que les offres de convergence proposées par Orange présentaient des risques pour la concurrence et qu’elles méritaient une attention au cas par cas.

 

Elle estime que la multiplication de ces offres pourrait ainsi rendre plus onéreux les coûts de changement d’opérateur pour le consommateur, notamment du fait des durées longues d’engagement dans la téléphone mobile.

 

Ces offres pourraient également inciter un même foyer à migrer vers un même opérateur pour tous leurs besoins, ce qui avantagerait alors les opérateurs qui disposent des meilleures parts de marché.

 

Cela dit, le "cross selling" pourrait être une barrière à la libre concurrence au moment où Free Mobile entrera sur le marché. Pour parer à cette éventualité, l’Autorité invite les opérateurs à prendre certaines mesures facilitant le changement d’opérateur par les consommateurs.

Source AFP