Loppsi 2 : l’AFA se positionne contre le blocage des sites pédo pornographiques

Loppsi 2 : l’AFA se positionne contre le blocage des sites pédo pornographiques
 
L’AFA prône au contraire un retrait à la source qui a pris une dimension concrète dès 1998 avec son service d’assistance en ligne pointdecontact.net qui permet de signaler tout contenu choquant rencontré sur le net. 7627 sites internet ont ainsi été signalés par les internautes en 2009.
 
Carole Gay, responsable affaires juridiques et règlementaires de l’AFA explique la position de l’association, « Il est toujours plus efficace d’agir à la source même du contenu, en le faisant retirer par l’hébergeur du site internet, plutôt que de le faire bloquer par les FAI français. Lorsqu’un contenu est bloqué, il reste en ligne, et n’est que temporairement inaccessible puisque la mesure de blocage est facilement contournable. »
 
L’auteur du contenu bloqué peut en effet en quelques minutes faire héberger son site sous un autre nom de domaine ou une autre URL, selon la technique de blocage utilisée. 
L’internaute souhaitant accéder au site qui fait l’objet du blocage dispose de plusieurs outils de contournement ; il peut notamment demander l’accès au site de façon anonyme, par l’intermédiaire d’un « anonymizer », qui lui permettra d’utiliser un DNS non sujet à restrictions. L’internaute peut encore utiliser le DNS d’un FAI étranger, en modifiant l’un des paramètres de sa connexion internet. Enfin, le blocage n’empêchera pas la diffusion de contenus de pornographie enfantine, très nombreux, via les réseaux peer to peer.
 
Bloquer un site peut contribuer à le faire connaître 
 
De plus, l’AFA estime qu’une mesure de blocage par l’autorité judiciaire peut avoir des conséquences contraires à l’objectif visé, comme cela a été le cas pour le site négationniste « Aaargh2 », hébergé aux USA : la décision de bloquer ce site en France a contribué à la diffusion de son contenu, et la publicité faite autour de l’affaire a largement participé à la notoriété d’un site au départ confidentiel. Son contenu s’est retrouvé dupliqué très rapidement sur de nombreux sites miroirs, échappant de cette manière aux mesures de blocage mises en place. 
 
Une coopération européenne et internationale efficace 
 
Selon l’AFA, les sites pédo-pornographiques signalés auprès de Point de contact.net sont très rarement hébergés en France. Membre fondateur de la fédération internationale de hotlines Inhope, l’AFA transmet aux hotlines étrangères partenaires tous les sites potentiellement illégaux hébergés dans un pays membre d’Inhope. La hotline du pays d’hébergement peut ensuite intervenir directement auprès de l’hébergeur concerné et transmettre le contenu aux autorités locales compétentes. 
Par ailleurs, l’association européenne des fournisseurs d’accès et de services internet EuroIPSA, dont l’AFA est membre fondateur, affirme elle aussi l’efficacité du retrait à la source.