Une société française a développé un robot pour protéger les data centers

Une société française a développé un robot pour protéger les data centers

L’incident sur le site strasbourgeois d’OVH a montré la marge de progression dans la protection des infrastructures sensibles que sont les data centers. Celle-ci pourrait d’ailleurs être assurée par des robots.

Il mesure 1,36 mètre de haut, accuse 70 kilos sur la balance et répond un nom de Captain DC. Proposé par Ubecome, ce robot dont les premiers exemplaires ont été produits dans le nord de la France et dont le prix oscille entre 40 et 75 000 euros selon les technologies à bord a été pensé pour la protection des centres de données ou des entrepôts.

Bardé de capteurs, il peut en effet effectuer des rondes de manière autonome pour détecter différents problèmes et donner l’alerte en temps réel. “Il est équipé du protocole SecureMobility combinant le LIDAR, les caméras volumétriques et les roues odométriques. Ses capteurs intégrés sont capables de détecter des anomalies et peuvent être adaptés en fonction des besoins du site. Il possède une caméra thermique et des sondes hygrométriques”, explique la société française.

“Il peut intervenir lors d’un défaut d’alimentation électrique, d’une erreur humaine, d’une fuite d’eau ou d’une température trop importante, d’une panne de générateur ou d’une panne de matériel”, explique la société française, selon laquelle “plus de 65% des incidents rencontrés peuvent être évités ou résolus” grâce à Captain DC.

Doté d’une autonomie de 8 heures, ce dernier retourne de lui-même vers sa borne de recharge pour faire le plein. Actuellement, la société travaille sur la reconnaissance faciale pour permettre au robot de surveiller les va-et-vient dans les datacenters.

Le robot qui valait 7 millions

“Ubecome est issu d’une activité de Parrot, revendue à Econocom en 2016 où je dirigeais l’activité robotique. On sentait qu’il y aurait une demande pour des robots de surveillance de datacenter”, explique Chockri Baaziz, fondateur de l’entreprise et ingénieur en robotique. Et de poursuivre : “On a alors développé un premier cahier des charges avec des acteurs de ce marché, ça nous a permis de connaître leurs demandes essentielles et un premier prototype a été développé avant qu’Econocom décide de se séparer de cette activité que j’ai reprise à titre personnel pour créer Ubecome en 2018”. Depuis les débuts, remontant donc à l’ère Parrot, ce sont ainsi près de 7 millions qui ont été injectés dans cette technologie.

Chez OVH, peut-être ?

En mars 2021, 3,6 millions de sites Web étaient rendus inaccessibles à la suite d’un incendie sur un site d’OVH. Le leader français de l’hébergement de données pourrait donc logiquement s’intéresser à ce type de technologies. “On a même contacté OVH, mais nous n’avons pas eu de retour”, note pourtant Chockri Baaziz.

“Oui, il y en a, mais pas en France, plutôt en Asie et en Grande-Bretagne”, explique-t-il concernant la demande pour le robot, notant ne pas avoir encore de client en France et que “les projets sont tous gelés pour cause de pandémie”. À ses yeux, la France est, “comme le cordonnier, mal chaussé”.

Source : BFMTV