Des cartes SIM plus vertes produites à partir de réfrigérateurs

Des cartes SIM plus vertes produites à partir de réfrigérateurs

Des cartes SIM plus vertes, tel est l’objectif de l’Eco-SIM développée par Thales et Veolia, une carte SIM utilisant uniquement du plastique recyclé.

La production mondiale de cartes SIM a atteint plus de 4,5 milliards d’unités au cours de l’année 2020. Cela représente 20 000 tonnes de plastique, l’équivalent de 40 Airbus A380 au moment du décollage, explique Yannick Burianne, responsable marketing chez Thales.

Fruit de 3 ans de recherche et développement, l’Eco-SIM mise au point par Véolia et Thales se présente comme une solution pour verdir le secteur. Commençant à être utilisée en Europe, celle-ci utilise en effet du plastique issu de la filière électroménager et transformé en France sur l’usine de recyclage de Veolia. Le capitonnage interne d’un réfrigérateur, donne comme exemple Patrick Musy, responsable de la valorisation des plastiques chez Véolia. La partie plastique des cartes SIM peut elle-même être recyclée afin de servir à la production d’autres cartes SIM. “Avec notre nouvelle carte Eco-SIM, notre objectif, c’est de réduire les émissions CO2 d’environ 15 000 tonnes par an“, explique Yannick Burianne.

En parallèle, Thales a décidé de compenser les émissions de CO2 liées aux composants électroniques non recyclables. L’entreprise participe entre autres à la reforestation et au développement des énergies renouvelables. “L’empreinte carbone de l’Eco-SIM est neutre”, assurent ainsi les deux partenaires.