Fruit de la fusion entre SFR FTTH et Covage, Xp Fibre devient le premier opérateur d’infrastructures en France

Fruit de la fusion entre SFR FTTH et Covage, Xp Fibre devient le premier opérateur d’infrastructures en France

Fin 2020, SFR FTTH a bouclé le rachat de Covage. Le nouvel ensemble formé par les deux opérateurs d’infrastructures répond au nom de Xp Fibre et revendique 7 millions de prises fibre optique.

Xp Fibre, c’est le nom du nouvel ensemble formé par SFR FTTH et Covage. Fort de 7 millions de prises en fibre optique déployées, exploitées et commercialisées, il se revendique le “1er opérateur d’infrastructures indépendant de France”.

Ces 7 millions de prises sont réparties à travers 24 RIP et 5 zones AMEL. 2,6 millions d’entre elles se trouvent par ailleurs en zone AMII. Sur le total, 5,5 millions de prises sur 16 RIP, 3 zones AMEL et en zone AMII proviennent de SFR FTTH. Covage a apporté le reste.

Complémentarité et neutralité

Altice, la maison-mère de SFR FTTH et par extension du nouvel ensemble, explique que “la complémentarité des territoires couverts en fibre optique par Covage et SFR FTTH permettra d’apporter une réponse aux enjeux d’aménagement du territoire pour plusieurs millions de Français”.

“Pleinement engagé dans l’aménagement numérique des territoires, Xp Fibre assurera l’ensemble de ses missions sur toutes les zones concernées par ses engagements : zone AMII, AMEL et DSP”, assure le groupe de Patrick Drahi. Et d’ajouter : “Chaque zone de déploiement bénéficiera d’un réseau en fibre optique neutre et ouvert à tous les opérateurs commerciaux. Le grand public, les collectivités comme les entreprises, pourront souscrire au fournisseur d’accès de leur choix”.

Une opération validée sous conditions par Bruxelles

Pour rappel, l’acquisition de Covage par SFR FTTH a reçu le feu de Bruxelles en novembre 2020 et été bouclée en décembre 2020. La filiale d’Altice avait obtenu le feu vert européen en contrepartie de la cession de 25 réseaux du quatrième opérateur d’infrastructures en France. Il s’agissait de garantir la concurrence sur le marché professionnel. Selon la Lettre A, plusieurs opérateurs d’infrastructure lorgnent actuellement cette reprise. Les concurrents Altitude et Axione se sont positionnés sur l’ensemble des réseaux.